EN BREF

Infections nosocomiales : les Français sont prêts à se déplacer plus loin pour les éviter

Cet article fait partie du dossier :

Hygiène hospitalière

    Précédent Suivant

Un rapport* révèle que 95 % des citoyens français considèrent que l'éradication des infections nosocomiales (IN) doit être l’une des 5 priorités pour le système national de santé, plus que la réduction des délais d'attente (74 %), plus que la recherche de nouvelles thérapies et traitements (66 %) et plus que l'augmentation du rapport infirmières-patients (64 %).

L'étude a évalué la prise de conscience du public vis à vis des IN et comment cette dernière influence la préférence pour un hôpital, et elle a étudié la probabilité que les citoyens français assignent un hôpital en justice s'ils contractaient une IN.

  • 92 % déclaraient que s'ils apprenaient que leur hôpital local était mal noté pour la réduction des IN, ils insisteraient pour être  dirigés vers un hôpital mieux noté
  • 85 % déclaraient qu'ils seraient prêts à faire 30 km pour être soignés dans un hôpital plus sûr
  • 90 % déclaraient qu'ils engageraient des poursuites contre un hôpital s'ils contractaient une IN par négligence ou normes insuffisantes de soins ou d'hygiène

* Etude réalisée par MindMetre durant l'hiver/printemps 2014-2015 auprès d'un échantillon national représentatif de 1 021 citoyens français (âge, sexe, région, classe sociale). 

Retour au sommaire du dossier Hygiène hospitalière

Publicité

Commentaires (0)