EN BREF

L'infirmière lorientaise sans emploi choisit le bénévolat

« Tu es infirmière ? Tu trouveras du travail sans problème. » Cette phrase, Marie-Elphège Julienne, 34 ans, l'a entendue plus d'une fois en un an. Après dix années passées dans le milieu de la voile, la jeune femme a repris ses études et obtenu, en décembre dernier, son diplôme d'infirmière. Durant sa première vie professionnelle, elle a été sensibilisée aux soins, au handicap.

« J'avais envie d'aller plus loin, d'accompagner les gens d'une autre manière, analyse Marie-Elphège Julienne. En choisissant de devenir infirmière, je croyais que je décrocherais facilement un contrat. Mais ce n'est pas le cas. J'ai fait des remplacements en maisons de retraite, en soins de suite et de rééducation, en foyer de vie ou encore en soins palliatifs, mais depuis septembre je ne trouve pas de poste... Ce n'est pourtant pas faute d'avoir adressé quantité de candidatures spontanées... »

Lire la suite sur ouest-france.fr

Publicité

Commentaires (2)

#2

bénévolat !

depuis le temps qu'on le dit en rigolant que bientôt on fera du bénévolat... et bien nous y voilà ! Et même pire, car cette femme PAYE son voyage en Inde ! Payer pour aller faire du bénévolat...
Retour un ou deux siècles en arrière...
et le journaliste trouve ça fantastique ! Quelle dévotion !

Allez, soyons bien contentes de notre argent de poche (vu le montant de notre salaire, je n'ose pas appeler ça un salaire), bientôt on paiera pour aller travailler... et surtout, restons bien bonnes, nonnes, et c...

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#1

Cela étonnera qui ?

[...Contacté par la rédaction, le conseil régional de l'ordre infirmier n'est pas en mesure d'apporter des éléments confirmant cette tendance. « Cela nécessiterait une enquête sur le long terme », se contente-t-il de répondre...]

La priorité de l'ordre infirmier étant de remplir ses poches inutiles et percées pour parader ici et là aux frais du contribuable et des IDE encarté(e)s de gré et surtout de force.