EN BREF

Les infirmiers autorisés à prescrire, 3 départements en confinement renforcé..., les annonces d'Olivier Véran

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

La situation épidémique n’est pas bonne. La tendance est à l’accélération partout, a alerté Olivier Véran, le ministre de la Santé, lors de sa conférence de presse hebdomadaire du jeudi 25 mars sur l’épidémie de Covid-19. Les chiffres lui donnent raison : plus de 45 000 Français ont été diagnostiqués positifs au Covid-19 rien que ces dernières 24 heures. En Ile-de-France, hospitalisations et entrées en réanimation atteignent des niveaux critiques, avec près de 7 000 patients et plus de 1 400 malades respectivement. Hôpitaux publics et privés sont ainsi appelés à armer 2 200 lits de réanimation supplémentaires et pourraient être amenés à déprogrammer 80% de leurs opérations. En province, la situation se dégrade également de manière territorialisée. Trois départements (le Rhône, la Nièvre et l’Aube), où la pression hospitalière se fait plus importante, se voient ainsi appliqués les mêmes mesures de confinement renforcées qu’en région parisienne, en PACA et dans les Hauts-de-France, et qui entreront en vigueur dès le vendredi 26 mars, à minuit et pour 4 semaines. Néanmoins, écoles, collèges et lycées restent ouverts, la fermeture des écoles demeurant une décision de dernier recours, mais ils pourront être amenés à mettre en place des protocoles sanitaires renforcés, actuellement à l’étude. Par ailleurs, 16 autres départements, dont le Vaucluse, l’Ain, le Loir-et-Cher, l’Isère et le Jura, entrent en vigilance renforcée.

Sur le front de la vaccination, Olivier Véran a indiqué que les infirmiers auront désormais l’autorisation de prescrire les vaccins, une mesure que l’ensemble de la profession appelait de ses voeux. L’objectif premier : lui permettre de prendre en charge les patients les plus isolés. Nous avons besoin de bras, nous avons besoin d'énergie, nous avons besoin de tout le monde , a-t-il martelé. De plus, plus de la moitié des plus de 75 ans ayant reçu une première dose de vaccin, la campagne vaccinale s’ouvrira dès samedi 27 mars aux personnes âgées de 70 à 75 ans, comme l'avait promis Emmanuel Macron en début de semaine. Notre objectif est de continuer à vous accompagner pour vous aider à vous faire vacciner, a déclaré le ministre de la Santé, qui a également annoncé le déploiement d’une vaste campagne d’appels prise en charge par l’Assurance Maladie à destination des plus de 75 ans qui n’auraient pas encore eu accès à la vaccination. Actuellement, ce sont plus de 7 millions de Français qui ont reçu au moins une dose de vaccin. Nous tiendrons les objectifs fixés avec l’espoir immense d’un retour à la normale, a conclu Olivier Véran.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)