EN BREF

L'EMA approuve l'utilisation en cas d'urgence de la pilule anti-Covid de Pfizer

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant
L'Agence européenne des médicaments (EMA) avait émis une autorisation d'utilisation d'urgence similaire pour une pilule anti-Covid de Merck. Cette fois, c'est au tour de son concurrent, Pfizer, puisque l'EMA vient en effet d'approuver jeudi 16 décembre, l'utilisation en cas d'urgence, au sein de l'Union européenne de la pilule anti-Covid de Pfizer, qui n'a pas encore reçu une autorisation complète de mise sur le marché. Le médicament, qui n'est pas encore autorisé dans l'UE, peut être utilisé pour traiter les adultes atteints du Covid-19 qui n'ont pas besoin d'oxygène supplémentaire et qui présentent un risque accru de développer une forme sévère de la maladie, a ainsi précisé l'agence. L'EMA a émis cet avis pour soutenir les autorités nationales qui peuvent décider d'une éventuelle utilisation précoce du médicament alors que le continent fait face à une flambée de l'épidémie

Le géant pharmaceutique Pfizer a annoncé plus tôt cette semaine que sa pilule anti-Covid réduisait de près de 90 % les hospitalisations et les décès chez les personnes à risque lorsque celle-ci était prise dans les premiers jours après l'apparition des symptômes. Par aileurs, cette dernière, nommé Paxlovid, devrait rester efficace contre Omicron selon des tests réalisés en laboratoire, a-t-il également fait savoir. 

La recommandation de l'EMA se base sur des résultats intermédiaires de l'étude principale chez des patients non hospitalisés et non vaccinés qui présentaient une maladie symptomatique et qui risquaient de développer une forme sévère de la maladie. Plus précisément, ils indiquent que Paxlovid réduit le risque d'hospitalisation et de décès lorsque le traitement est administré dans les 5 jours suivant le début des symptômes (et le traitement doit s'étendre sur cinq jours). Les antiviraux agissent en diminuant la capacité d'un virus à se répliquer, freinant ainsi la maladie. Ils sont très attendus car faciles à administrer, et peuvent être pris simplement chez soi avec un verre d'eau. Il existe malgré tout des contre-indications, en cas de grossesse ou d'allaitement notamment. Parmi les effets secondaires les plus courants, on recense aussi une perturbation du goût, une diarrhée ou encore des nausées.

L'EMA a également lancé le 13 décembre 2021 un examen accéléré du traitement en vue d'une éventuelle demande d'autorisation de mise sur le marché. 

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)