EN BREF

La feuille de route de rentrée « prévention » d'Agnès Buzyn

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, a présenté lors du Conseil des ministres de rentrée, le mercredi 30 août 2017, sa stratégie de prévention en santé.  Rappelons qu'elle s'est exprimée en la matière dès sa nomination en mai dernier, la prévention en santé sera l'une de ses priorités. En juin, elle livrait ainsi au Premier ministre Edouard Philippe sa première feuille de route en la matière. Les mesures déjà annoncées relatives à l’augmentation du prix du tabac  et à l’extension des obligations vaccinales pour les jeunes enfants dès le 1er janvier 2018 vont évidemment dans ce sens.

En cette rentrée, la ministre rappelait en introduction que si l’état de santé des Français est globalement bon, avec une espérance de vie à la naissance de 82,3 ans en moyenne  - parmi les meilleures dans le monde -, la situation ne peut pour autant être considérée comme satisfaisante. En effet, tous les ans, nombre de morts pourraient être évités. Et de souligner que chaque année, le tabagisme est responsable de 73 000 décès et la consommation excessive d’alcool de 49 000. Les projections ne sont guère optimistes : en 2020, la France devrait compter 548 000 personnes atteintes d’une pathologie chronique de plus qu’en 2015. La prévention est donc plus que jamais l’une des priorités du Gouvernement.

Dans cette logique, la prévention et la promotion de la santé seront également un axe central de la nouvelle stratégie nationale de santé élaborée d’ici la fin de l’année. Agnès Buzyn a souligné que les principaux objectifs portent sur la promotion d’une alimentation saine et de l’activité physique, la prévention des maladies infectieuses, la lutte contre les conduites addictives, la promotion de la santé mentale, d’un environnement et de conditions de travail favorables à la santé, l’amélioration du dépistage et la prévention de la perte d’autonomie. Une attention particulière sera apportée aux enfants et aux jeunes. Un plan national de santé publique rassemblera, dans un suivi commun, les nombreux de plans de santé publique existants, en particulier ceux portant sur des actions de prévention. Il leur donnera un cadre partagé et permettra d’en renforcer la cohérence. Ses objectifs et son suivi seront basés sur les résultats obtenus en matière d’expérience patients et d’amélioration de la santé. L’implication des professionnels de santé dans la prévention sera renforcée dans le cadre d’accords conventionnels.

Un comité interministériel pour la santé sera réuni par le Premier Ministre dans le courant du mois de novembre. Pour Agnès Buzyn, c’est en faisant de la prévention et de la promotion de la santé une priorité que la France pourra passer de la situation qu’elle connaît – celle d’un pays avec un très bon système de soins – à ce qui doit être son objectif : devenir un pays ayant, dans tous les domaines, un excellent système de santé.

Lire l'intégralité de la synthèse du Conseil des ministres du 30 août 2017

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (0)