EN BREF

La vaccination hétérologue contre le Covid induirait une réponse immunitaire accrue

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Ce mardi, les autorités européennes ont déclaré que l'administration d'une dose de rappel d'un vaccin contre le Covid-19 différent de celui reçu lors des premières injections suscite dans certains cas une réponse immunitaire plus forte.

Combinaison aux meilleurs résultats

Dans la lutte contre le Covid-19, la combinaison - en injection initiale ou en rappel - d'un vaccin à vecteur viral (type AstraZeneca ou J&J) en première intention avec une injection postérieure de vaccin à ARN messager comme Pfizer et Moderna donnerait de meilleurs résultats, selon l'Agence européenne du médicament (EMA) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Les résultats d'études sur la vaccination hétérologue suggèrent que la combinaison de vaccins à vecteur viral et de vaccins à ARNm produit de bons niveaux d'anticorps (...) et une réponse des lymphocytes T plus élevée que l'utilisation du même vaccin, expliquent les autorités sanitaires européennes, qui admettent par ailleurs que les effets secondaires comme la douleur, la fièvre, les maux de tête et la fatigue seraient plus forts après une combinaison de vaccins différents.

Flexibilité accrue

Cela rend également les pays plus flexibles lorsqu'ils font face à un pic de cas, surtout lorsqu'ils manquent de stocks d'un vaccin en particulier, ont poursuivi les autorités alors que de nombreux pays européens ont déjà commencé à administrer des doses de rappel, six mois après les injections initiales de vaccins anti-Covid, en raison de l'affaiblissement de l'immunité. Pour mémoire, l'EMA a jusqu'à présent approuvé quatre vaccins pour les adultes dans l'Union européenne : les vaccins à ARN messager de Pfizer-BioNTech et Moderna, et les vaccins à vecteur viral d'AstraZeneca et Johnson & Johnson. Les taux d'hospitalisations et de décès dûs au Covid-19, rappellent enfin l'EMA et l'ECDC, sont les plus bas dans les États de l'UE avec les taux de vaccination les plus élevés, quels que soient les vaccins utilisés. 

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)