EN BREF

Le CII publie la nouvelle version de son Code déontologique

Cet article fait partie du dossier:

Ethique et soin

    Précédent Suivant

Comme il l’avait annoncé en octobre 2020, le Conseil International des Infirmières (CII) a publié la nouvelle version de son Code déontologique, qui connaît ici sa septième révision depuis son instauration en 1953, la précédente datant quant à elle de 2012. Véritable guide pour tous les infirmiers dans leur pratique quotidienne, il leur donne des orientations éthiques s’agissant de leurs rôles, devoirs, responsabilités, conduite, jugement professionnel, mais aussi de leurs relations avec les patients, les autres personnes recevant des soins ou des services infirmiers, les collègues de travail et les professions apparentées, l’organisation a-t-elle rappelé dans un communiqué. Tirant les enseignements de la crise Covid et dans une volonté de s’adapter aux évolutions de la société, et donc des besoins des demandeurs de soins, elle a défini 4 grands volets pour ses orientations éthiques (les infirmières et les patients ou d’autres personnes ayant besoin de soins ou de services infirmiers ; les infirmières et la pratique ; les infirmières et la profession ; et les infirmières et la santé mondiale), accompagné chacun d’un certain nombre de normes à appliquer parmi lesquelles : respect du caractère confidentiel des informations personnelles, instauration d’un environnement où droits de l’homme, valeurs et coutumes des personnes reçues sont respectées, dispensation de soins fondés sur des données probantes, participation à la promotion de la sécurité des patients, contribution à la diffusion de connaissances dans le cadre des sciences infirmières et à l’élaboration de politiques de santé judicieuses… Ces normes sont accompagnées de tableaux destinés à aider les infirmières à [les] traduire en actes. Servant de guide aux infirmières dans leurs choix de tous les jours, le Code révisé souligne qu’il faut protéger et soutenir les infirmières et veiller à ce qu’elles disposent de l’apprentissage, de la formation et des ressources appropriés pour dispenser la meilleure qualité de soins à tous les patients, a souligné Annette Kennedy, la présidente du CII.

Retour au sommaire du dossier Ethique et soin

Publicité

Commentaires (0)