EN BREF

Les IBODE appelés à la grève le 25 mai par le Collectif Inter-Blocs

Après le SNIA pour les infirmiers anesthésistes, c’est au tour du Collectif Inter-Blocs (CIB) d’appeler les IBODE à la mobilisation afin de défendre la spécialité. Dans un communiqué diffusé sur son compte Twitter, l’organisation invite les infirmiers de bloc opératoire à faire grève et à manifester le mardi 25 mai afin de défendre, faire reconnaître et assurer la survie du corps de métier IBODE. A l’origine de la contestation, dit le CIB, un manque de reconnaissance et de revalorisation de la profession, que les grilles post-Ségur ne parviennent pas à combler et qui limite notoirement son attractivité. Nous découvrons avec amertume que notre future augmentation sera de 13 euros nets mensuels en début de carrière par rapport à nos collègues IDE, souligne le collectif, s’insurgeant contre le fait que les IBODE ne disposent pas d’une grille salariale spécifique malgré la particularité de leur expertise. Et d’insister également sur le rôle qu’ils ont joué tout au long de la pandémie, qu’il s’agisse d’intervenir en renfort dans les services en tension ou d’absorber l’augmentation des programmes opératoires au sortir des deuxième et troisième confinements afin de rattraper les retards induits dans la prise en charge des patients.

Le CIB entend profiter de la grève du 25 mai pour faire entendre un certain nombre de revendications : mise en application du décret du 27 janvier 2015, qui définit les actes que seuls les IBODE sont habilités à réaliser, attribution d’une Nouvelle Bonification Indiciaire (NBI) de 50 points afin d’assurer une juste reconnaissance des compétences, des responsabilités, de la pénibilité et des risques inhérents à l’exercice de la profession, ou encore la réingénierie de la profession à l'horizon de la rentrée 2021 afin qu’elle puisse bénéficier du grade de Master 2, actuellement uniquement attribué aux IPA et aux IADE. Quant aux IDE exerçant en bloc opératoire, le collectif réclame, entre autres, la mise en place d’un parcours de formation IBODE pour ceux disposant au maximum d’une expérience de 5 ans au maximum en bloc opératoire. Il est de la responsabilité des pouvoirs publics et des établissements de tout mettre en œuvre pour permettre à nos confrères et consoeurs non spécialisé(e)s de suivre cette formation au seul bénéfice du patient, explique-t-il. Et de conclure : il est reconnu le droit au patient d’être accompagné dans son parcours de soins par des personnels paramédicaux qualifiés dans leur domaine respectif.

Publicité

Commentaires (0)