EN BREF

Les infirmiers de bloc se sentent méprisés encore et toujours !

Au lendemain des mesures d'urgence pour sauver l'hôpital public annoncées par Edouard Philippe et Agnès Buzyn, la communauté des infirmières et infirmiers de bloc opératoire fait savoir son mécontentement par voie de communiqué*. Les infirmiers de blocs méprisés encore et toujours ! Pas la moindre annonce concrète concernant les Ibode en souffrance, mobilisés depuis le 23 septembre et sur leurs revendications ! Que faut-il dans notre pays pour être entendu ? Quand le gouvernement réagira-t-il vraiment ? D'ailleurs, il n'agit pas, il réagit ! Une réaction bien souvent tardive quand il n'y a plus aucun train qui circule, quand il n'y a plus de carburant dans les stations-services, et que le peuple gronde ou encore quand le pays est dans la rue les samedis de grande affluence commerciale de Noël. Attention, touche à pas à mon économie ! Pour les Ibode, La seule proposition du gouvernement est de rendre attractif les métiers en tension dans l'hôpital public sans citer de réel "levier d'attractivité" si ce n'est qu'une éventuelle prime pour faire taire les professionnels... Agnès Buzyn n'entend toujours pas la souffrance des Ibode. Agnès Buzyn ne veut pas entendre les problématiques inhérentes à des conditions de travail qui ne cessent de se dégrader. Ni entendre les cadences infernales dans les blocs opératoires, les horaires qui ne cessent de s'allonger au détriment de la sécurité des patients. Des risques évitables ! Mais encore faut-il écouter !

Et si pour une fois Madame Buzyn, vous écoutiez la base, celle qui chaque jour subit toutes les dérives d'un système dicté par des volontés économiques ! Touche à pas à mon économie !

Le SNIBO (syndicat national des infirmiers de bloc opératoire) dénonce donc l'absence de mesures concernant le métier Ibode ! Aujourd'hui, le gouvernement n'ignore plus nos demandes mais par ce silence affiche clairement son mépris à l'égard de notre métier. Il lui tourne le dos ouvertement ! C'est une honte ! Par ces annonces, le Ministère aurait pu trouver une issue favorable à notre mouvement mais il fait preuve d'une ignorance la plus totale à notre égard. Le leitmotiv demeure : poursuivons notre engagement dans la mobilisation ! Il faut maintenir la pression ! Des actions locales, partout en FRance, sont attendues. 

*SNIBO, UNAIBODE, AEEIBO, ALEIBO

Publicité

Commentaires (0)