EN BREF

Les infirmiers libéraux attendent eux aussi beaucoup d'Olivier Véran...

Suite à la nomination, le 17 février dernier, d'Olivier Véran au ministère des Solidarités et de la Santé à la suite d'Agnès Buzyn, les réactions des uns et des autres ne se sont pas fait attendre. Si les hospitaliers se sont beaucoup exprimés, les professionnels de santé des soins de ville, et notamment les syndicats d'infirmiers libéraux, ont également communiqué leurs points de vue et leurs attentes. 

Du côté de la Fédération nationale des infirmiers (FNI), le message est clair. A la question l’arrivée d’Olivier Véran va-t-elle changer la donne pour les IDEL ?, la FNI dit Peut-être ! En effet, selon le syndicat d'IDEL, alors qu’il était encore député, Olivier Véran s’est montré plutôt à l’écoute des IDEL et de la FNI. Il a notamment accueilli favorablement le projet "Gélule" de coordination interprofessionnelle IDEL-Médecin-Pharmacien autour de l’observance médicamenteuse. En particulier, suite à une rencontre avec la FNI cet automne, il avait encouragé le financement de cette initiative dans le cadre de l’article 51. Et de rappeler également que le nouveau ministre trouvera sur son bureau, parmi les nombreux dossiers, celui du grand âge, avec l’enjeu du maintien à domicile des personnes âgées dépendantes et l’organisation de parcours spécifiques à leur prise en charge, la poursuite de la mise en œuvre de la réforme "Ma santé 2022", la crise hospitalière, la réforme des retraites et, bien sûr, la gestion de la crise sanitaire (coronavirus). La FNI l'affirme, elle rappellera au ministre les revendications, les propositions et les lignes rouges des IDEL pour chacun de ces dossiers. Le plus brûlant est celui des retraites, où les engagements pris avec la profession par la précédente équipe devront être tenus afin que les IDEL ne soient pas pénalisés par la mise en œuvre de la réforme.

Le SNIIL, par la voix de Catherine Kirnidis, présidente du syndicat d'IDEL, rappelle les engagements d'Olivier Véran à l'hôpital comme en ville et qui s'est déclaré prêt à recevoir prochainement les ordres et les syndicats professionnels de ville pour les associer aux changements en cours, celui de la médecine de parcours. Saluant les premières prises de position du nouveau Ministre, le syndicat espère toutefois que les intentions du ministre ne se résumeront pas au seul tout-médecin. Et de rappeler qu'en tant que député, il porta un amendement bloquant la création du rôle d’ "infirmier référent" au sein d’une équipe de soins pour les patients en perte d’autonomie ou en affection de longue duréé, se déclara contre le fait de donner la possibilité aux IDEL de délivrer des certificats de décès et défendit la création du poste d’assistant médical pour "assister les médecins dans certains soins" et assurer "une meilleure prise en charge des patients… Le Sniil attend maintenant d'Olivier Véran qu’il agisse au plus vite en conformité avec son premier discours, notamment en donnant aux infirmiers libéraux toute la place qu’ils méritent dans la médecine de parcours.

Publicité

Commentaires (0)