EN BREF

Loi de santé : l'ONI interroge les infirmiers

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

L'Ordre national des infirmiers (ONI) a lancé, le 31 janvier 2015, une enquête nationale afin que les infirmiers s'expriment sur la loi de santé à venir. Dans sa campagne, l'ordre déplore que les infirmiers, pourtant au coeur du sujet et au plus proche des patients, n'aient pas été reçus par la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, Marisol Touraine, et constate que la parole est rarement donnée aux infirmiers. Les résultats seront dévoilés le 12 février 2015.

Pour en savoir plus : vidéo de la campagne de l'Ordre national des infirmiers

Retour au sommaire du dossier ONI

Publicité

Commentaires (6)

vesunna

Avatar de l'utilisateur

52 commentaires

#6

Vade in pace

Tu as raison

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#5

Intérêt supérieur de la profession.

Il y a des personnes, très prétentieuses, qui nous amusent à clamer œuvrer avec leur ordre pour l'intérêt supérieur de la profession ; ne serait-ce pas plutôt pour l'intérêt supérieur du chiffre d'affaire que ces gens soient obligés de juger leurs "confrères" dans des chambres dites "disciplinaires" en s'aidant, pour le coup, d'un code de déontologie torchonné en 2010 et toujours non publié car impubliable ?

Il se trouve que la grande majorité des infirmiers sont inaccessibles à la justice ordinale, car étant soit fonctionnaires, soit non-inscrits, et donc non concernés par cette organisation qu'ils n'ont jamais demandée.

Je vous rappelle que nous n'essayons pas de vous imposer nos idées, notre seul objectif étant d'éviter d'être pollués par les vôtres.

vesunna

Avatar de l'utilisateur

52 commentaires

#4

déontologie

Moi, je ne connais pas qui est derrière le pseudo"eusèbe", et je m'en fous, mais je constate que les méthodes de la Stasi Dechillienne fonctionnent bien sur "la vie de autres".
Que Résilience évoque la pensée unique et dogmatique c'est à mourrir de rire. Vous êtes pitoyables et désespérants!
Ah, au fait, depuis le 1er janvier l'Ordre se voit attribuer le fonctionnement d'une "section des assurances sociales" dans les chambres disciplinaires (nous n'aurons plus à être jugés par les médecins, une bonne nouvelle), et d'ici juillet le Conseil dEtat devrait ordonner au Gouvernement de publier le Code de déontologie...
Pour ce qui concerne tes réponses multiples...si tu n'as que ça à faire, amuse toi bien. Dans notre profession il y a de tout, y compris des amateurs de petites sensations.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#3

Mauvais à tout.

Il n'est pas très déontologique pour un récemment réélu titulaire pour siéger dans les tribunaux d'exception d'utiliser un pseudo afin de faire des comparaisons maladroites et douteuses concernant la lutte des opposants à la pensée unique et au dogme ordinal : que je sache, ce n'est pas encore la guerre. Cela ne laisse présager rien de bon aux malheureux qui seront trainés devant cette justice "particulière".

Pour en revenir au sujet, voici un communiqué Résilience :
Une fois de plus, l’Ordre national des infirmiers fait beaucoup de bruit pour pas grand chose, à grands renforts de publicité journalistique. En effet, depuis 4 jours que le questionnaire est en ligne, plusieurs dizaines d’infirmiers non inscrits ont eu accès à ce questionnaire et ils se font un malin plaisir à répondre tout et n’importe quoi. Et, cerise sur le gâteau ordinal, il est possible de répondre autant de fois que l’on veut. Pour ma part j’en suis à ma … 17 ème réponse.
Comment un Ordre professionnel qui prétend représenter et administrer une profession de plus de 600000 infirmières peut-il faire preuve d’autant d’amateurisme ?
Bien évidemment, madame la ministre a été informée de ce dysfonctionnement ordinal grotesque.

Résilience - 20 rue de Molsheim - 67000 Strasbourg

vesunna

Avatar de l'utilisateur

52 commentaires

#2

Fin de combat

Tu me fais penser, Eusèbe, à ces soldats japonais découverts il y a quelques années dans une forêt des Philippines qui tenaient encore leurs positions, ne sachant pas que la guerre était finie depuis 1945...

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#1

Grande enquête ?

Le problème est que les résultats de cette "enquête nationale" seront inexploitables : par exemple, une même personne peut répondre à de multiples reprises les mêmes choses ou n'importe quoi. Alors quels vont être les critères d'une réponse à prendre en compte ou une autre à éliminer ? L'ordre infirmier, ruiné, va encore dépenser l'argent des autres pour tenter de se faire de la publicité.