EN BREF

Le masque bientôt obligatoire dans les lieux fermés ?

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Le masque sera-t-il bientôt rendu obligatoire dans tous les lieux clos ? Le Premier ministre Jean Castex a en tout cas indiqué dimanche 12 juillet que la question de développer le port du masque était à l'étude, notamment pour les lieux fermés, quels qu'ils soient, afin de lutter contre l'épidémie de coronavirus et alors qu'un certain relâchement est constaté en métropole. La réglementation existante prévoit le port du masque obligatoire dans un certain nombre de ces lieux fermés (comme les transports publics), a rappelé le Premier ministre.

N’hésitez pas à porter un masque en toute situation, surtout si vous n'êtes pas sûr de pouvoir garder 1 mètre de distance avec ceux qui vous entourent, a tweeté dimanche après-midi le ministre de la Santé Olivier Véran, alors que plusieurs médecins ont signé une tribune appelant au port du masque obligatoire dans tous les lieux publics clos. Intitulée #MasquésMaisEnLiberté, cette tribune, publiée dans Le Parisien, met en garde contre un possible redémarrage massif des transmissions. Elle est signée par le Pr Antoine Pelissolo et le Dr Jimmy Mohamed, et cosignée par plusieurs infectiologues.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (1)

SophieVV

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Du bon sens

Il est certain que cette mesure sera efficiente, pour ne pas dire efficace.
Je me demande cependant si elle n'arrive pas trop tard et que le rebond n'est pas déjà amorcé.
Ce que je ne parviens pas à comprendre, c'est que depuis l'apparition des villes, il y a des épidémies (du moins documentées), et ça fait grosso modo plus de 2500 ans qu'il y a des pandémies (voir https://jeretiens.net/histoire-des-pandemies/ ) et presque aussi longtemps qu'il y a des mises en quarantaine et des "gestes barrière".
Comment se fait-il qu'à l'heure d'aujourd'hui, dans nos sociétés ultra éclairées, au courant de leur époque et de leur passé, nous ne soyons pas capables d'agir en conséquence, rapidement, sans paraître totalement démuni, comme si c'était "nouveau" ?