EN BREF

La moitié des hôpitaux français perdent de l'argent

Cet article fait partie du dossier:

Exercer dans le privé

    Suivant

Les 4 fédérations hospitalières, FEHAP, FHF, FHP, Unicancer, ont uni leur voix mardi 6 novembre 2018 lors d’une conférence de presse commune et pour la première fois, pour alerter sur la situation économique et sociale délétère des établissements de santé et dénoncer un budget hospitalier insuffisant. Après les concertations avec la Ministre de la Santé et devant l’importance des enjeux, elles en appellent désormais au Président de la République et au Premier ministre pour préserver les budgets hospitaliers et entendre leurs propositions.

Nous souhaitons saluer collectivement les ambitions du Plan « Ma santé 2022 » qui marque une volonté politique de placer la santé au 1er plan. Cependant les moyens ne sont pas en cohérence avec la volonté politique affichée. Il faut donner aux établissements de santé les moyens financiers indispensables pour remplir leurs missions au service des patients, déclare le Pr Patrice Viens, président d’Unicancer. Les fédérations s'attaquent notamment à l'Ondam. En effet, même si le budget de l’Assurance maladie progressera en 2019 de 2,5 % par rapport à̀ 2018, dans le même temps l’augmentation naturelle des dépenses de santé sera d’environ 4,5 %. De nouvelles économies vont donc être demandées aux établissements de santé.

En parallèle, les fédérations hospitalières ont aussi tiré la sonnette d’alarme concernant la restitution des crédits hospitaliers gelés au titre de la réserve prudentielle puisqu’ils ont respecté les niveaux de dépenses prévus. Elles rappellent que la situation des établissements de santé est précaire dans chacun des secteurs. A ce titre, le moment de vérité sera la fixation des tarifs hospitaliers en mars 2019. Après six années de baisse consécutive des tarifs, nos établissements de santé ont besoin de retrouver des marges de manoeuvre pour mener à bien leur mission de soin et avoir une vraie politique sociale, souligne Lamine Gharbi président de la FHP. Il pense que, au vu du contexte actuel seule une augmentation des tarifs de 1% préservera l’équilibre financier des établissements de santé.

Pour en savoir plus, retouver le communiqué sur le site des fédérations.

Retour au sommaire du dossier Exercer dans le privé

Publicité

Commentaires (0)