EN BREF

Enfants prématurés : des restrictions d'accès aux parents "inacceptables" dénonce SOS Préma

Voir son nouveau-né hospitalisé 4h par jour pas plus afin de laisser place à d'autres parents. C'est la situation vécue par la maman d'un enfant né grand-prématuré dans un hôpital français. La crise sanitaire a donné lieu à des restrictions d’accès aux parents dans les services de néonatalogie : des mesures dénoncées par SOS Préma et qui "vont à l’encontre de l’intérêt de l’enfant et de sa famille", précise l'association dans un communiqué. L'association partage ainsi le courrier adressé par cette maman au Directeur de l’hôpital dans lequel son bébé est hospitalisé. "Monsieur le Directeur, c'est avec vive émotion et le cœur plein de larmes que je vous adresse ce courrier. Maman d'un très grand prématuré né le 6 août 2020 dans votre hôpital, je suis aujourd'hui très inquiète par les restrictions d’accueil des parents dans votre service de néonatologie", écrit-elle (...) "Je me retrouve maman à devenir visiteur. Je me retrouve à devoir demander l'autorisation de voir mon enfant. Je me retrouve à devoir établir un planning à l'avance avec les parents du bébé qui partagent le même box que le nôtre. Je me retrouve à ne pouvoir voir mon bébé que 4 heures par jour. Je me retrouve à regarder l'heure quand je suis à ses côtés car je sais que je dois laisser la place aux autres parents. Je me retrouve à venir seule à l'hôpital sans mon conjoint car vous avez interdit la présence des deux parents", raconte-t-elle avant de demander des explications au directeur de l'établissement. Sa lettre, partagée sur la page Facebook de l'association, a déjà recueilli de très nombreuses réactions d'indignation et de soutien. 

Lire la lettre dans son intégralité.  

Publicité

Commentaires (0)