EN BREF

Une nouvelle carte des déserts médicaux promise pour la rentrée

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Se faire soigner près de chez soi devient un luxe. Alors que les besoins croissent et que les jeunes médecins ne veulent plus se tuer à la tâche , les « déserts médicaux » s'étendent : pour consulter, il faut patienter, payer des dépassements d'honoraires... voire filer à l'hôpital en désespoir de cause. Selon le ministère de la Santé, pas moins de 8 % de la population vivent dans une zone sous-équipée (moins de 2,5 consultations potentielles par an et par habitant auprès d'un généraliste à 20 minutes de distance en voiture).

Lire la suite sur lesechos.fr

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (0)