EN BREF

Obligation vaccinale des soignants et extension du pass sanitaire votés par l'Assemblée

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Le couperet est tombé dans la nuit de jeudi à vendredi : l’Assemblée nationale a voté, à 117 voix pour et 86 voix contre, le nouveau projet de loi anti-Covid portant sur l’extension du pass sanitaire ainsi que sur l’obligation vaccinale des soignants, sapeurs-pompiers et professionnels travaillant auprès des personnes âgées, à l’issue de 48 heures de débats houleux. Ardemment voulu par le gouvernement, que les courbes de contamination à la hausse inquiètent (22 000 nouveaux cas en 24 heures selon Santé Publique France), le texte a suscité de vives critiques au sein de l’opposition ; en tout ce sont ainsi près de 1 200 amendements qui ont été déposés et discutés. Déjà partiellement en vigueur depuis le mercredi 21 juillet dans les lieux de loisir et de culture accueillant plus de 50 personnes, l’obligation de présentation d’un pass sanitaire (test PCR négatif ou certificat de vaccination complète) sera donc appliquée dans les restaurants, bars et cafés, ainsi que dans les transports de longue distance et les centres commerciaux de plus de 20 000 m² dès le dimanche 1er août. Au lundi 30 août, les salariés de ces lieux devront obligatoirement présenter un pass sanitaire valide, au risque de voir leur contrat de travail et leur rémunération suspendus, une mesure qui pourra être prolongée sur 2 mois et aboutir à un licenciement en cas de non-régularisation. Le pass sanitaire sera également obligatoire pour les patients non urgents et pour les visiteurs des établissements de santé et des EHPAD. L'esprit n'est pas de renvoyer les gens mais d’encourager à la vaccination, a expliqué Olivier Véran devant l’Assemblée. La disposition concernant l’obligation vaccinale des soignants, elle, fait moins débat, même si certains députés, à droite comme à gauche, ont mis en garde contre une stigmatisation de ces professionnels. Le texte de loi est désormais entre les mains du Sénat, le gouvernement tablant sur une adoption avant la fin du week-end.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)