EN BREF

Obligation vaccinale : la suspension concernerait quelque 3 000 professionnels selon Véran

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant
Quelque 3 000 suspensions ont été signifiées à des personnels de santé non vaccinés contre le Covid-19, après l'entrée en vigueur mercredi 15 septembre de l'obligation vaccinale, a déclaré Olivier Véran jeudi 16 septembre sur RTL, sur un public de 2,7 millions de salariés, a ajouté le ministre - ce qui représente, si on fait le calcul, une proportion de 0,1 % de suspensions.
Ces suspensions ont été signifiées à du personnel des établissements de santé ou médico sociaux qui n'étaient pas encore rentrés dans un parcours de vaccination, a encore précisé le ministre de la Santé, ajoutant qu'il y avait eu également quelques dizaines de démissions parmi le personnel de ces établissements. Selon lui, un grand nombre de ces suspensions ne sont que temporaires et concernent essentiellement du personnel des services supports, et très peu de blouses blanches. Selon le ministre enfin, beaucoup [de ces personnels] ont décidé de se faire vacciner, voyant que l'obligation était une réalité. Le nombre avancé par le ministre pourrait toutefois être sous-estimé, d'après les premiers chiffres recueillis par l'AFP, qui a recensé près de 1 500 suspensions rien que dans une quinzaine d'hôpitaux publics.

Questionné sur les éventuels dysfonctionnements rencontrés dans les services à cause de ces suspensions, Olivier Véran s'est voulu très rassurant. Je fais deux constats : la continuité des soins, la sécurité des soins et la qualité des soins ont été assurées hier (mercredi) dans l'ensemble des hôpitaux et des établissements médico-sociaux. Il y a eu quelques services, notamment des services techniques et je pense à un service d'IRM ou à un bloc de coronarographie qui ont pu être gênés pendant quelques heures - sur l'ensemble du territoire - mais la continuité des soins a été assurée. Deuxième constat : toutes les personnes qui travaillent auprès de Français fragiles ou âgés ou malades sont forcément désormais vaccinés, ce qui veut dire que le risque de contamination au sein même des hôpitaux et des Ehpad est diminué.

D'après Santé publique France, qui se base sur des échantillons de l'Assurance maladie, au 14 septembre 89,8% des soignants avaient reçu au moins une dose dans les structures accueillant des personnes âgées dépendantes (Ehpad, USLD). Les contrevenants, qui ne justifient pas d'une première injection, d'une contre-indication vaccinale ou d'une contamination récente, ne peuvent plus exercer leur activité, selon la loi du 5 août.

X

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (1)

chg

Avatar de l'utilisateur

34 commentaires

#1

vérité sur les chiffres et la situation ?

Bonjour
Comment connaitre les chiffres réels .
Des intérimaires non vaccines ont ete renvoyés chez eux hier . Qui dit intérimaire dit titulaire déjà absent. Qui les comptabilise ? Ok les services ont tournes mais a effectif réduit ce qui ne va pas pouvoir durer .
Dans le secteur du handicap medico social associatif pas de prime Segur , pénurie de personnel , tension dans les services...
Comment est fait le bilan de la non vaccination ?
Rappel IDE débutant ccn 66 : 1400 euros net avec un w end ......