EN BREF

L'Onsil persiste à demander le retrait du projet de loi de santé

Cet article fait partie du dossier :

Profession infirmière et législation

    Précédent Suivant

A la suite de la manifestation parisienne du dimanche 15 mars contre le projet de Loi de santé à laquelle l'Onsil participait sous la bannière "Mouvement pour la santé pour tous", le syndicat d'infirmiers libéraux se réunissait à Nice pour son 45e Congrès annuel. Il s'adresse aujourd'hui à la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, Marisol Touraine, sous forme d'un communiqué de presse dont le titre est : "Projet de Loi de santé : Le tiers payant, l'arbre qui cache la forêt". En substance on peut y lire ceci : Ce projet de Loi, Madame la Ministre, transpire le mépris des non-médecins. Il se résume en un étalage de mesures peu innovantes la généralisation du tiers payant, le numéro unique, le service territorial de santé axé sur les domaines proximité, permanence des soins, prévention, santé mentale et accès aux soins des personnes handicapées, et qui sont loin des préoccupations du terrain.

De fait, l'Onsil rappelle qu'il s'oppose comme tous les professionnels de santé, à ces accords qui mettent en place la fin du libre choix du patient et de la notion d’équipe pluridisciplinaire constituée naturellement autour du médecin, pour répondre à ce choix fondamental et à l’instauration d’un principe hiérarchique, qui n’a pas cours aujourd’hui, entre professionnels de santé libéraux et réaffirme son attachement aux compétences des différentes professions de santé telles qu’elles sont décrites dans le Code de la Santé Publique.

L'Onsil réclame l'abandon de ces mesures jugées obsolètes, une vraie concertation des acteurs de terrain et un maillage territorial garant d'un accès au soin égalitaire.

Il propose entre autres :

  • Non pas un tiers payant généralisé, mais un remboursement immédiat au patient des frais engagés autant de la part de la Caisse d'assurance maladie que des mutuelles autour d'un guichet unique ;
  • La réelle reconnaissance des compétences professionnelles des infirmières libérales avec la création d’une consultation infirmière et du droit de prescription approprié. Cette consultation permettrait de dégager du temps médical utile ;
  • La mise en place d'une consultation de prévention d'une éducation thérapeutique du patient (ETP) à domicile et d'un suivi infirmier des patients chroniques ;
  • La coordination de l'ensemble des soins faite non par une super infirmière mais par l'infirmière choisie par le patient.

Enfin, l'onsil persite à demander le retrait pur et simple de ce projet de loi.

Retour au sommaire du dossier Profession infirmière et législation

Publicité

Commentaires (0)