EN BREF

Port de masque et dermatoses : la Société française de Dermatologie fait le point

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Un communiqué de la Société française de Dermatologie répond à une interrogation : le port du masque pour la protection du Sars-Cov2 engendre-t-il des dermatoses ? Réponse de la Société savante, très peu de dermatoses sont dues au port du masque et elles sont généralement facilement gérables et ne justifient aucunement de supprimer le port du masque. Et de préciser que si les allergies sont souvent évoquées, elles sont en fait exceptionnelles. Avec les masques chirurgicaux elles ont été rapportées dans moins de 20 cas dans la littérature scientifique. Cependant, si un œdème des paupières, de fortes rougeurs recouvertes de petites cloques d’eau surviennent, il faut consulter un médecin traitant ou un dermatologue pour voir s’il s’agit d’un eczéma ou d’une urticaire et si un bilan est nécessaire. A relever également que les dermatologues n’observent pas de cas d’allergie aux colorants textiles des masques. Un tissu clair comme un coton pour la couche au contact du visage permet d’éviter tout risque.

En fait, selon la SFD, ce sont surtout des irritations qui sont observées : peau sèche qui pèle un peu, quelques plaques rouges, petites démangeaisons. Pour diminuer l’inconfort nous proposons quelques mesures simples pour la toilette du visage avant de porter le masque : bien rincer la peau du visage à l’eau pour éliminer les résidus de savon, rincer les solutions micellaires et ne pas appliquer de produit parfumé. Si une irritation est observée, avant le coucher, bien rincer à l’eau la peau du visage puis appliquer une crème très hydratante pour apaiser et réparer la peau.

Certaines maladies de peau - dermatite atopique, dermatite séborrhéique, rosacée, acné - atteignant le visage peuvent cependant être aggravées par le port du masque. Pour la Société savante, cette aggravation est en général modérée et n’interdit en rien le port du masque. Les traitements de ces dermatoses doivent être parfois renforcés, les personnes qui notent cette aggravation doivent en discuter avec leur médecin traitant ou leur dermatologue. Dans tous les cas, les consignes données pour lutter contre l’irritation (pas de savon, de parfum mais une bonne hydratation de la peau) seront bénéfiques.

Dernier élément de communication, le déclenchement d’une acné dite rétentionnelle est possible. Pour la SFD, il s’agit de personnes qui ont déjà eu ou pas quelques lésions d’acné comme points noirs, papules, parfois un petit bouton avec du pus (pustule) et qui ont observé une poussée de ces lésions sous le masque, parfois seulement sur le nez et le menton. Pour en limiter le risque, la SFD souligne qu'il ne faut pas utiliser sous le masque des cosmétiques comme des fonds de teint trop couvrants qui provoquent une trop forte occlusion de la peau. Il faut nettoyer la peau avec un pain surgras et bien rincer ensuite. Il ne faut pas décaper la peau avec des produits agressifs. Si des cosmétiques sont appliqués ils doivent avoir une texture légère (pas de fond de teint épais) et porter la mention "testé non comédogène".

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)