EN BREF

La psychiatrie ne sera pas oubliée selon Olivier Véran...

    Suivant

Lors des questions au Gouvernement du 16 juillet au Palais du Luxembourg, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a été interpellé sur l'état actuel de la psychiatrie, soumise à une pression financière qui a fait passer la situation de grave à catastrophique, selon le sénateur socialiste Yves Daudigny (Aisne), citant le titre d'une récente tribune parue dans Le MondeSuppression des deux tiers des lits en psychiatrie, insuffisance de l'accueil alternatif et des équipes mobiles, 20% des postes non pourvus dans le public, pédopsychiatrie sinistrée, disparités territoriales..., a égrené l'élu en demandant au ministre s'il a la volonté politique de donner à la psychiatrie et à la santé mentale toute leur place Après avoir remercié l'élu pour son travail considérable en politique de santé, le ministre a rendu une nouvelle fois hommage à la mobilisation des soignants en psychiatrie face à la crise Covid. Je chéris le secteur de la psychiatrie tout comme vous le chérissez, a confié le ministre au sénateur. C'est pourquoi parmi les 15 000 postes [dont la création a été] annoncée par le Premier ministre dans le cadre du Ségur de la santé, il y aura des postes dédiés à la psychiatrie. En outre, quoiqu'il arrive, l'augmentation du budget des soins de santé mentale ne pourra pas être inférieure à l'augmentation générale du budget de la santé, ce qui sera une rupture avec les années précédentes. Et le ministre de conclure en assurant de sa détermination sur ce sujet.

Article à lire sur Hospimedia.fr

Retour au sommaire du dossier Psychiatrie

Publicité

Commentaires (0)