EN BREF

Rappel vaccinal Covid-19 : la HAS recommande d'utiliser Pfizer

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

La Haute Autorité de Santé (HAS) joue la carte de la prudence. Quel que soit le vaccin utilisé en primo-vaccination, la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande désormais le vaccin Pfizer (et non plus Moderna) pour effectuer un rappel, soit une 3e dose dans la plupart des cas, annonce-t-elle dans un communiqué diffusé le 15 octobre. Plusieurs raisons à cela : d'abord, et essentiellement parce que le vaccin Comirnaty® (Pfizer) dispose d'une extension d'Autorisation européenne de Mise sur le Marché (AMM), contrairement à Spikevax® (Moderna) - qui bénéficie aujourd'hui d'une AMM conditionnelle mais qui n'a pas encore obtenu d'autorisation de mise sur le marché (AMM) pour le rappel ; également parce qu'en fin de semaine dernière, les pays scandinaves ont annoncé qu'ils porteraient à la connaissance de l'EMA (Agence Européenne des Médicaments) des études portant sur un possible risque accru de myocardites et péricardites lié à l'usage du vaccin Spikevax® (En toute hypothèse, celles-ci demeurent rares et spontanément résolutives dans la quasi-totalité des cas, précise le communiqué). Une annonce qui a toutefois décidé la HAS à réviser sa position, aidée par un contexte sanitaire moins tendu, avec une circulation modérée du virus, qui permet ce recul. Les annonces de diverses autorités sanitaires ont mis en lumière les inconnues qui demeurent sur la dose et la population cible pour le rappel par Spikevax® et justifient d'attendre que l'instance européenne apporte les précisions attendues dans le cadre de l'AMM en cours d'examen, a tranché la HAS, assumant ainsi de revenir plus strictement à une position de prudence.

Pour l'heure, la campagne de rappel en France concerne les plus de 65 ans, les immunodéprimés et leurs proches ou encore les personnes à risque, comme les personnes obèses ou diabétiques, ainsi que les soignants. Dans chaque cas, il faut avoir été vacciné depuis au moins six mois. Dans son dernier avis, qui date du 6 octobre, la Haute Autorité de santé (HAS) recommandait pour ce rappel l’utilisation du vaccin de Pfizer, sans écarter définitivement le recours à celui de Moderna. Début octobre, les pays scandinaves ont suspendu la vaccination par le vaccin Moderna pour les plus jeunes ou même, en Islande, pour tous les adultes. Par contraste, aux Etats-Unis, un comité d'experts a recommandé cette semaine une dose de rappel du vaccin anti-Covid de Moderna pour certaines catégories de populations, un mois après avoir pris la même décision pour le vaccin de Pfizer.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)