EN BREF

Une réserve "éphémère" d'infirmiers de réanimation : l'Ile-de-France mise sur l'anticipation

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Pour absorber les crises sanitaires - celles du Covid-19 comme celles qui pourraient survenir demain - la Région Ile-de-France anticipe : elle se modernise et investit dans la santé, la recherche, l'innovation... Entre autres, 500 lits modulaires de réanimation (comprendre équipés de matériel dédié amovible) seront donc armés en plus des classiques 1 200 lits existants en Ile-de-France. Une augmentation de près de 42 % résolument marquée par l'anticipation et la souplesse, selon Valérie Pécresse, Présidente de la Région. Car nous devons être prêts, dès maintenant et pour demain. En partenariat avec l'équipementier industriel Philips Healthcare et la centrale UniHA, la Région a fait en sorte que le coût (qu'elle prend à 100% en charge conjointement avec l'Union Européenne) soit indolore pour les établissements - publics et privés - qui pourront passer commande de matériel (respirateurs, dispositifs intelligents haut de gamme, appareil de monitoring, patches, capteurs sans fil...) à livrer sous trois semaines, et de formation spécifique expresse destinée à 1 500 infirmiers volontaires, et mobilisables en fonction des besoins. En somme, la consitution d'une réserve éphémère et agile de réanimation pour éviter la saturation des services de soins critiques, anticiper la dégradation des patients, éviter les déprogrammations massives et résoudre les problématiques de locaux, de matériel, de ressources humaines... Plus largement, le plan sera également consacré aux à l'innovation en santé, à l'accompagnement des soignants, au développement de la formation des infirmiers (3 000 places supplémentaires d'ici 2024) et à la rénovation immobilière des IFSI (16 000 étudiants seront concernés). Cette guerre, on la connaît et on peut l'anticiper, a conclu Farida Adlani, infirmière en réanimation et Vice-Présidente de la Région chargée de la santé.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)