EN BREF

Rififi à l'UNPS...

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Rappelons que l’UNPS, Union nationale des professionnels de santé, créée par la loi du 13 août 2004, regroupe les syndicats les plus représentatifs des professions de santé libérales : médecins, infirmiers, chirurgiens-dentistes, masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs, pharmaciens titulaires d’officine, biologistes responsables, orthoptistes, pédicures-podologues, sages-femmes, orthophonistes, audioprothésistes et transporteurs sanitaires. Le législateur a confié notamment pour buts à l’UNPS d’émettre des propositions relatives à l’organisation du système de santé français ainsi qu’à tout sujet d’intérêt commun aux professions de santé. De plus, l’UNPS négocie et fait évoluer, avec l’Assurance maladie, l’Accord-cadre interprofessionnel (ACIP). L’UNPS est également consultée et rend des avis sur divers textes et propositions. Les représentants de l’UNPS siègent dans de nombreuses instances et groupes de travail, permettant ainsi la représentation de l’interprofessionnalité et de la diversité des professions de santé libérales.

Les dernières élections du bureau de l’UNPS suscitent pas mal de remous et de luttes intestines. Selon le syndicat infirmier FNI dont le président Philippe Tisserand est représentant élu mis en minorité, le syndicat de médecins MG France piétine les principes démocratiques, la pluralité syndicale, la pluralité d’exercice, la pluralité de pensée ! En effet, l’entrée de MG France, très bien élu le 09 juillet avec 31 voix, se solde par une démission et un communiqué de presse 48h plus tard, sur fond de règlements de comptes et d’ingérence syndicale. Voici ce que MG France écrit : L’UNPS choisit d’élire dans son bureau le président de la FNI, syndicat infirmier qui considère le médecin comme son ennemi et qualifie le médecin libéral de « médecin patron» : propos démagogique sur la coopération médecins-infirmières qui conteste le rôle spécifique du médecin traitant dans la gestion du parcours de soins des patients. Le SNIIL, premier syndicat infirmier aux élections professionnelles et partisan d’une coopération constructive infirmiers-médecins est écarté.. Et la FNI de répliquer : Scandalisée par autant de mépris pour les infirmières libérales et leur capacité à s’autodéterminer, la FNI tient à rappeler qu’à aucun moment elle ne s’est opposée à l’idée qu’il faille renforcer les collaborations interprofessionnelles et la coordination des parcours de soins dans l’intérêt de nos patients. Comprendra qui peut...


Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (0)