EN BREF

Le rôle central des IDE dans la lutte contre les maladies non transmissibles et de santé mentale

Cet article fait partie du dossier :

Exercice international

    Précédent Suivant

Le dernier rapport de la Commission indépendante de haut niveau de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur les maladies non transmissibles (MNT), souligne le rôle vital des infirmier(e)s dans la prestation de services de soins primaires en matière de MNT et de santé mentale et affirme que l’on devrait leur donner les moyens d’assumer de nouvelles fonctions et responsabilités à travers une législation porteuse, des politiques efficaces, une formation accessible, abordable et de qualité, des engagements des employeurs, des modèles de financement favorables, un leadership et la collecte et l’analyse de données et d’informations.

Annette Kennedy, la Présidente du Conseil international des infirmier(e)s (CII), était la seule membre de la communauté des soins infirmiers à siéger à la Commission, veillant à ce que la voix des infirmier(e)s soit entendue lors des réunions et apparaisse dans le deuxième et dernier rapport de la Commission.

En effet, le bilan humanin des MNT reste inacceptable, les maladies respiratoires chroniques et les troubles mentaux étant les principales causes de décès dans le monde. Les MNT et les problèmes de santé mentale touchent de manière disproportionnée les pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, et dans tous les pays, les populations les plus pauvres et vulnérables sont les plus exposées et ont un accès encore plus limité aux traitements. Il y a néanmoins de vrais signes d’amélioration des résultats de santé concernant les MNT, avec une réduction, depuis 2011, de la consommation de tabac, de la consommation occasionnelle de fortes quantités d’alcool et de l’hypertension artérielle.

Pour Annette Kennedy, la Présidente du CII, les MNT sont les plus meurtrières de la planète, mais elles peuvent toutes être prévenues, voire évitées, si les personnes adoptent les mesures qui s’imposent sur le plan de l’hygiène de vie. Les infirmières doivent jouer un rôle essentiel pour les aider à prendre de meilleures habitudes et à jouir d’une vie longue, heureuse et saine. Mais la pénurie mondiale d’infirmières constitue une entrave et un gros obstacle aux réussites qu’elles pourraient obtenir en oeuvrant aux côtés des patients pour prévenir les maladies et promouvoir un niveau de santé optimal.

Le CII demande donc aux pouvoirs publics de tenir leurs promesses et d’investir dans le personnel infirmier, car c’est la clé de voûte de tout système de soins de santé centrés sur le patient. 

Pour consulter le rapport complet, cliquez sur le lien suivant : https://who.canto.global/b/JG898 et tapez le mot de passe : 689764

Retour au sommaire du dossier Exercice international

Publicité

Commentaires (0)