EN BREF

"Supprimer le statut de fonctionnaire pour les hospitaliers..."

Cet article fait partie du dossier :

Présidentielles

    Précédent Suivant

Dans son projet électoral mis en ligne le 6 octobre dernier, "Nouvelle société, Nouvelle France", Nathalie Kosciuzko-Morizet, candidate à la primaire de la droite qui aura lieu les 20 et 27 novembre 2016, propose des éléments très concrets et notamment dans le domaine social et de la santé. 

Pour la candidate, "la dépendance est le chantier prioritaire du quinquennat". Je veux garantir à chaque famille une prise en charge de la dépendance. Pour cela, trois conditions doivent être réunies : un financement, des accompagnants qualifiés et des accompagnants nombreux. (...) Plus de 200 000 emplois peuvent être créés dans ce domaine, c’est aussi un défi économique majeur. Pour conduire la réforme, il faut un pilote : le ministère à l’accompagnement de la vie. Ainsi identifié, il sera chargé du handicap et de la dépendance.

Deuxième proposition phare : "réformer la fonction publique". La candidate supprimerait le statut de fonctionnaire pour les hospitaliers, le réservant aux fonctions régaliennes de l’Etat (police, justice, armée, diplomatie). S'engageant à économiser 25 Md€/an, elle réduirait les effectifs sous statut de 100 000 par an pendant le quinquennat, en augmentant la durée du travail de tous les agents (Etat, hôpitaux, collectivités) à 35 heures/semaine.

La candidate s'engage aussi à réformer la santé et à générer quelques 20 Md€/an. Comment ? En réduisant la capacité d’accueil des hôpitaux en raison du développement de la chirurgie et de la médecine ambulatoire, en organisant mieux la prise en charge des patients en affection longue durée (ALD) par les médecins libéraux en ville, en développant les génériques et en mettant en place un régime unique de santé. S’y ajoutent un meilleur contrôle des arrêts maladie et des transports de patients.

Lire le projet électoral dans le détail de Nathalie Kosciuzko-Morisot

Retour au sommaire du dossier Présidentielles

Publicité

Commentaires (3)

coco86

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#3

statut des hospitaliers

Pourtant ils ont bien été contents pour les attentats de trouver les hospitaliers pour soigner toute cette misère, elle était où [propos modérés] lors des attentats, dans son canapé pendant que les hospitaliers couraient dans tout les sens dans les couloirs ....pour sauver des vies ... HONTE A TOUS CES POLITICIENS [propos modérés]....

coco86

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#2

suppression du statut de nos chers dirigeants ....

Entièrement d accord avec toi, eux ils ne pensent à supprimer leur statut .... surtout pas ils sont trop importants...lol

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#1

Tant qu'à supprimer...

Supprimons, pour commencer et faire des économies, le Sénat, les quatre cinquièmes des Députés et les trois-quarts des ministres. Et on peut continuer...