EN BREF

Sur le front du BSI, des avancées mais un avenant 8 contesté

Le 19 octobre dernier, les négociations entre les syndicats d’infirmiers libéraux et la CNAM sur le BSI reprenaient, une situation dont s’était notamment félicité la Fédération Nationale des Infirmiers, après une rupture du dialogue en juillet 2021, les syndicats ayant d’une même voix fustigé les modalités d’application des mesures tarifaires définies par l’Assurance maladie. Une indignation que cette dernière a depuis prise en compte. Suite à une nouvelle séance de négociations le mercredi 27 octobre, le SNIIL a en effet indiqué dans un communiqué se réjouir des avancées obtenues. Celles-ci permettent notamment de développer un exercice à blanc dès le mois de janvier 2022, afin de sécuriser le déploiement du BSI, de généraliser l’outil dès le mois d’avril 2023, l’enveloppe ayant été augmentée, passant de 365 millions d’euros à 679 millions et autorisant ainsi l’intégration dans le dispositif des autres tranches d’âge, ou encore de maintenir les items spécifiques à celle des plus de 90 ans, patients les plus lourds car étant très dépendants. Néanmoins, le syndicat prévient qu’il ne signera pas l’avenant 8 dans lequel s’inscrivent ces mesures, justifiant sa décision par la présence d’un paragraphe sur des critères de contrôle qui l’empêcheraient de mener sa mission d’examen. Même chose du côté de Convergence Infirmière, qui dénonçait déjà récemment une paupérisation de la profession, et qui a refusé de signer l’avenant n°8 car il introduirait une « modification de l’algorithme » de calcul des forfaits BSI. Ce dernier permettait dans 39 de ses combinaisons d’obtenir un forfait BSC (lourd) lors de la 1ère phase de déploiement du BSI chez les plus de 90 ans. Demain, uniquement 16 de ces combinaisons orienteront vers un BSC, les 23 autres flècheront dorénavant vers un BSB (intermédiaire) moins rémunérateur, détaille ainsi le syndicat dans un communiqué. En l’état, et sans prise en compte de ses aspirations pour la profession, le syndicat se refuse à signer le texte, conclut-il.

Publicité

Commentaires (0)