EN BREF

Tabac : quand Marisol Touraine répond à Nicolas Bedos...

Cet article fait partie du dossier:

Tabacologie

    Précédent Suivant

Voilà bien une réaction étonnante et plutôt réussie de Marisol Touraine, dont on découvre la plume alerte, répondant à une chronique de Nicolas Bedos parue dans le magazine Elle sur la question de la cigarette et de son plaisir... La cigarette, expliquez-vous aux lecteurs de Elle, est la condition de la liberté, l’acte ultime de résistance des libertaires de la capitale, le dernier bastion du « laissez-moi faire ».

Garante de la santé publique, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, publie donc sur son blog une diatribe bien sentie à l'attention de l'humoriste germanopratin - à la fois dans le sens du poil de sa barbe naissante et à rebrousse-poil dans le rappel de la responsabilité gouvernementale en matière de santé - qui souligne combien la lutte contre le tabagisme ne doit pas être prise à la légère. Les arguments sont précis : La finesse de votre plume ne doit pas masquer une réalité bien plus tragique (...)  73 000 morts en France chaque année. 20 fois plus que le nombre de tués sur la route. (...) C’est vrai, vous avez raison, les fumeurs, jeunes en particulier, ne nous écoutent pas. Pas suffisamment, de toute évidence. Et, à ce seul motif, vous voudriez que nous baissions les bras, que nous abandonnions, que nous nous taisions faute d’être entendus ?

Alors que Nicolas Bedos soulignait avec sa verve habituelle, un tantinet excessive et provocatrice, fumer à plaisir et autres, même si on lui envoyait le GIGN (!), Marisol Touraine répond ceci pour conclure : Vous vous faites aussi pessimiste que Cioran, cher Nicolas Bedos. Soyez rassuré : je n’enverrai ni le GIGN, ni la Garde nationale, ni l’armée tout entière pour vous traquer dans le bois de Boulogne. Mais je ne me tairai pas dans la guerre contre le tabac. Je ne cesserai jamais de rappeler, à vous et à tous les fumeurs, qu’à chaque bouffée inhalée, vous perdez de précieux moments d’une vie dont, chaque semaine, vous nous rappelez avec talent dans vos chroniques qu’elle vaut mille fois la peine d’être vécue.  Un joli exercice de style de la part de la ministre qu'il se devait de souligner et qui vaut toutes les campagnes anti-tabac...

Bernadette FABREGAS Rédactrice en chef Infirmiers.com bernadette.fabregas@infirmiers.com

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)