EN BREF

Tarifs hospitaliers : la FHF dénonce la poursuite d'une politique de "rabot"

Cet article fait partie du dossier:

Exercer dans le privé

    Précédent Suivant

Peu de temps après avoir lancé un refonte du système de santé, les pouvoirs publics ont communiqué ce lundi 26 février sur les lignes directrices d’évolution des tarifs et dotations des établissements de santé. Conformément aux annonces du Premier Ministre, les tarifs des séjours sont en baisse de 0,5%, baisse portée à 1,2% en tenant compte de la mise en réserve « prudentielle » de 0,7%.

La Fédération Hospitalière de France (FHF) a vivement réagi à cette annonce. En effet, les tensions sur l’emploi et les organisations de travail vont encore monter d’un cran dans le secteur hospitalier déjà à bout de souffle ! Elle ne peut se réjouir d’un simple infléchissement de la baisse tarifaire, ni d’un léger coup de pouce donné à certaines dotations, alors que les calculs tarifaires continuent à reposer sur des prévisions d’activité irréalistes pour 2018 (+2,6%), et que le tendanciel des charges reste supérieur à 3%. Cela signifie en théorie, que pour revenir à l’équilibre à la fin de 2018, les hôpitaux devraient supprimer 33 000 emplois. Ce qui est bien sûr inenvisageable souligne la Fédération dans son communiqué.

Ainsi, la FHF demande au gouvernement des mesures pour limiter les dégradations en cours, notamment une répartition équitable des contraintes, et la mise en place d’une régulation pour tous les acteurs de santé.

Pour en savoir plus, redez-vous sur le site de la FHF.

Retour au sommaire du dossier Exercer dans le privé

Publicité

Commentaires (0)