EN BREF

La thrombectomie mécanique, une révolution en matière d'AVC

Chaque année, environ 150 000 personnes sont victimes d’un AVC – le sang ne parvient plus à irriguer correctement le cerveau soit parce qu’une artère est bouchée (AVC ischémique) soit parce qu’il y a une hémorragie. 110 000 personnes sont hospitalisées, 30 000 en décèdent et plusieurs milliers en gardent des séquelles lourdes. En outre, le nombre d’AVC augmente de 5 % chaque année en France. Aujourd’hui, la prise en charge des AVC ischémiques (80 % des AVC) aigus repose sur une thrombolyse intraveineuse réalisée dans les plus brefs délais, au sein d’une des 139 unités neurovasculaire (UNV) de territoire ou de recours. Cet acte consiste à injecter dans un délai de 4h30 après l’apparition des premiers signes un produit qui va désagréger le caillot obstruant l’artère et permettre que le sang circule à nouveau. Depuis quelques années, une seconde technique a été mise au point : la thrombectomie mécanique. Il s’agit d’un geste de neuroradiologie interventionnelle (NRI) qui consiste à extraire le caillot de façon mécanique avec un dispositif médical spécifique. Celle-ci est efficace quand l’occlusion touche certaines grosses artères cérébrales.

Dans un premier travail en 2016, la HAS a évalué et reconnu l’efficacité de la thrombectomie mécanique lorsqu’elle est réalisée dans un délai de 6 heures après le début des symptômes, soit d’emblée en association avec la thrombolyse intraveineuse, soit en recours après échec d’un traitement par thrombolyse intraveineuse, soit seule en cas de contre-indication à la thrombolyse intraveineuse. Cette technique apporte un bénéfice en matière d’autonomie et améliore la qualité de vie à terme. C'est pourquoi aujourd’hui, la HAS publie un second rapport formulant des préconisations pour permettre le déploiement rapide de cette technique sur l’ensemble du territoire. 

Lire la suite sur le site de la HAS

Publicité

Commentaires (0)