EN BREF

Un collectif de médecins en colère ressort déçu d’une rencontre avec Agnès Buzyn

    Suivant

Le collectif de quelque 1100 médecins qui dénonce le manque de moyens dans les hôpitaux publics, a annoncé ce vendredi 17 janvier qu’il maintenait ses menaces de grève administrative, à l’issue d’une rencontre jugée décevante avec la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Pour le moment, le compte n’y est pas du tout, et les praticiens membres du collectif vont donc aller au bout de (leur) démarche de grève administrative, a déclaré devant la presse, au sortir de cette rencontre au ministère, l’un de leur porte-parole, le Pr Stéphane Dauger, chef du service de réanimation pédiatrique à l’hôpital Robert Debré, à Paris. Agnès Buzyn ne voit pas l’hôpital s’écrouler, a regretté son confrère le Pr Xavier Mariette, chef du service de rhumatologie de l’hôpital Bicêtre. Les propositions de la ministre constituent un traitement au rabais, un sparadrap, alors que l’urgence est d’augmenter les salaires pour arrêter la fuite des soignants, selon lui.

Dans un communiqué diffusé après la rencontre avec six membres du collectif, la ministre a souligné que sa priorité était de mettre en oeuvre les mesures annoncées en novembre dans le cadre de son plan d’urgence pour l’hôpital. Celui-ci comprend une rallonge budgétaire et une reprise de dette étalées sur trois ans, ainsi que des primes pour certains personnels. Agnès Buzyn a proposé la poursuite d’un dialogue renforcé pour le suivi de ces dispositions et pour l’élaboration de nouvelles mesures à venir.

Retour au sommaire du dossier Fonction Publique

Publicité

Commentaires (0)