EN BREF

Vaccin anti-Covid : Moderna annonce des résultats positifs chez les 6-11 ans

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Ce lundi 25 octobre, Moderna a emboîté le pas au laboratoire américain Pfizer en annonçant des résultats positifs pour son vaccin contre le Covid-19 chez les enfants de 6 à 11 ans. D’après les données cliniques issus des essais de Phase 2/3 menés sur plus de 4 700 participants, le produit démontrerait une réponse immunitaire forte chez cette catégorie d’enfants un mois après la seconde dose et présenterait également un profil de sécurité favorable, explique la société spécialisée en biotechnologie dans un communiqué. Il serait ainsi bien toléré, Moderna citant la fatigue, les maux de tête, la fièvre ainsi qu’une douleur au point d’injection comme effets secondaires les plus courants. Tout comme pour le vaccin de son concurrent, le dosage a été revu à la baisse, passant à 50 microgrammes, contre 100 microgrammes pour la dose standard à destination des plus de 12 ans. Dans la foulée, l'entreprise a également indiqué qu’elle comptait soumettre une demande d’autorisation aux agences de régulation mondiales, dont l’Agence américaine des médicaments (FDA) et son homologue européenne (EMA), qui a d’ores et déjà lancé une analyse de l’efficacité du produit Pfizer chez les enfants. Enfin, le laboratoire mènerait actuellement des essais cliniques sur une population d'enfants plus jeunes encore, entre 6 mois et 5 ans. Cette communication intervient alors que sur le territoire français, la HAS a recommandé de n’utiliser que le vaccin Pfizer dans le cadre de la campagne de rappel vaccinal, celui de Moderna étant associé à un possible risque accru de myocardites et de péricardites.

Par ailleurs, l'Agence européenne des médicaments vient d'approuver l'administration d'une 3e dose du vaccin anti-Covid du laboratoire Moderna aux personnes âgées de 18 ans et plus. Spikevax (Moderna) est le deuxième rappel de vaccin à recevoir le feu vert après le vaccin de Pfizer/Biontech au début du mois. Les données ont montré qu'une troisième dose de Spikevax administrée six à huit mois après la deuxième dose a entraîné une augmentation des niveaux d'anticorps chez les adultes dont les niveaux d'anticorps diminuaient, a ainsi déclaré l'EMA dans un communiqué, précisant que les données actuelles montrent un schéma d'effets secondaires similaire à celui qui a suivi la deuxième dose de Spikevax.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)