ADMISSION EN IFSI

"Les lycées ne savent pas orienter les jeunes qui s'intéressent aux métiers du soin"

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

Entre la suppression du concours d'entrée en Ifsi et l'inscription sur Parcoursup, la formation infirmière a connu un profond bouleversement cette année. À l'occasion d'une table ronde organisée dans le cadre de la Paris Healthcare Week 2019, le 21 mai dernier, le Comité d'Entente des Formations Infirmières et Cadres (CEFIEC) a dressé un premier état des lieux sur l'universitarisation des professions paramédicales.

orientation

Selon le CEFIEC, "les encadrants des lycées ne connaissent pas notre métier, ils ne savent pas le valoriser et orienter les jeunes qui veulent aller dans le métier du soin."

Le 15 mai dernier, Parcoursup livrait les premiers résultats de sa phase d'admission. Bugs, beaucoup de candidats pour peu d'élus, la plateforme a suscité de nombreuses controverses. Isabelle Bayle et Michèle Appelshaeuser, représentantes du CEFIEC, ont fait partie du groupe ministériel sur l'universitarisation des formations paramédicales et maïeutique, dirigé par Stéphane Le Bouler. Comme toute première fois qu'un dispositif est mis en place, la plateforme est perfectible. Notre groupe va être réactivé pour construire ce que sera l'année prochaine. Nous avons déjà des pistes d'amélioration, a indiqué en préambule l'une des représentantes du CEFIEC avant d'énumérer les points positifs de l'universitarisation. Il y a une entraide inter et intra régionale. Parcoursup a rapproché les instituts de formation grâce à la concertation et la mise en commun d'outils. Le but est que l'équité soit garantie chez tous les apprenants. On forme pour une profession, on ne forme pas pour un profil d'institut. Jusqu'alors c'était 'chacun dans son ifsi'. Le décloisonnement des IFSI a, par exemple, permis à deux formateurs issus d'instituts différents d'étudier ensemble un dossier de candidat. La confrontation d'idées permet d'éviter la vision unique qu'il y avait autrefois sur les candidatures.

Les axes d'amélioration de Parcoursup

La méconnaissance du métier d'infirmier, le partenariat avec le lycée, l'information des proviseurs et les professeurs... font partie des pistes de réflexion à développer pour améliorer l'universitarisation des formations paramédicales selon les représentantes du CEFIEC. Les encadrants des lycées ne connaissent pas notre métier, ils ne savent pas le valoriser et orienter les jeunes qui veulent aller dans le métier du soin. Nous devons programmer des temps de rencontre avec les conseillers d'orientation, nous investir dans des Forums Métiers. Lorsque l'on entend lors d'un conseil de classe, un professeur de mathématiques ou de biologie dire à un élève qui veut devenir infirmier, qu'il a de trop bons résultats pour faire ce métier, cela montre que nous avons beaucoup à faire pour expliquer ce qu'est notre métier.

Les représentantes du CEFIEC souhaitent aussi renforcer le partenariat avec l'Éducation nationale afin qu'elle tende vers une équité entre les apprenants. Selon elles, les filières professionnelles ont été surnotées dans la Fiche Avenir (appréciations des professeurs, avis du chef d'établissement) au détriment des filières générales ou technologiques : dans la Fiche Avenir, il y a des candidats qui sont dit 'très satisfaisants, faits pour ce métier' mais quand on se penche sur les notes, ils ont deux en biologie, trois en mathématiques, quatre en français. Parcoursup, c'est l'universitarisation, c'est synonyme de master, de doctorat, de pratique avancée et si ils n'ont pas les bases méthodologiques, les rudiments de français et de mathématiques, ils ne vont pas pourvoir poursuivre un cursus universitaire, faire de la recherche. Il ne faut pas les leurrer. Il est nécessaire d'aboutir à une cohérence entre les notes et la Fiche Avenir

Sur Parcoursup, les bugs en ifsi sont loin d'être majoritaires...

Questionnées sur les bugs de la plateforme Parcoursup, Isabelle Bayle et Michèle Appelshaeuser du CEFIEC assurent que ces derniers étaient à la marge dans les Ifsi par rapport aux facultés de droit parisiennes et ne s'étonnent pas de l'afflux des voeux en soins infirmiers : c'était un succès prévisible. Parcoursup, c'est gratuit, c'est simple. Il suffit de s'inscrire sur une plateforme. Cela donne un potentiel de chance plus grand aux candidats contrairement au concours qui nécessitait un apport financier.

De l'importance de l'écriture

cefiec salon infirmier 2019Après un exposé sur le premier bilan du dispositif Parcoursup, les représentantes du CEFIEC ont mis l'accent sur la nécessité de l'écriture. Selon elles, la création de données probantes est nécessaire pour asseoir les sciences infirmières dans le parcours de l'universitarisation. L'écriture contribue à une reconnaissance sociale. Nous sommes parfois peu reconnus dans notre activité mais grâce à nos écrits, nous pouvons obtenir la reconnaissance de ceux qui sont parfois loin de notre activité, parce qu'ils nous ont lu ou entendu, estime Nathalie Renou, vice-présidente des publications du CEFIEC. Pour valoriser la recherche, chaque année depuis 2008, le CEFIEC remet des trophées nationaux à des travaux de recherche avec à la clé une récompense de mille euros.

David Naudin, coordonnateur du Pôle de la Recherche Paramédicale en Pédagogie du Centre de la Formation et du Développement des Compétences (CFDC) est parallèlement à cette activité, mis à disposition deux jours par semaine pour un travail de recherche sur la thématique de la précarité et de l'observance thérapeutique chez les adolescents. Il partage son expérience. J'étais dyslexique et donc 'mort' pour le système de l'Éducation nationale. J'étais perdu mais j'ai eu la chance de rencontrer des belles personnes qui m'ont donné le goût de la lecture et de la l'écriture. Il n'y a pas de fatalité.

Lorsque nous partons à la recherche de données en sciences infirmières, nous allons immédiatement vers les modèles canadiens, regrette Isabelle Bayle qui exhorte les infirmier(e)s à écrire : vous avez une pratique singulière qui va nourrir la connaissance en sciences infirmières mais aussi la formation et la pratique soignante. Les écrits professionnels contribuent à l'accroissement du leadership. L'écriture est la clé pour nous permettre d'être enfin reconnu. À vos crayons !


Journaliste
ines.kheireddine@gmail.com
@Ineskheireddine

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Commentaires (0)