ADMISSION EN IFSI

Concours infirmier - Rester positif et persévérer malgré les échecs

par .

Chaque année, plusieurs milliers de candidats tentent les concours infirmiers pour quelques centaines de places. Sur le forum d'Infirmiers.com, Jiyuu.34, qui vient de subir un troisième échec, s'interroge sur son avenir, mais la communauté se veut plutôt rassurante et l'encourage à persévérer.

Faut-il arrêter de tenter le concours infirmier lorsque l'on subit plusieurs échecs ? C'est la question que se pose Jiyuu.34 sur le forum d'Infirmiers.com

Les résultats de l'épreuve orale sont tombés et une fois encore, j'ai obtenu une note éliminatoire. C'est la troisième année consécutive où j'échoue à l'oral, systématiquement éliminé. Je dois avouer que, si au premier échec j'étais parvenu à positiver, ce troisième me porte un sérieux coup au moral et à la motivation. D'autant que si j'identifie assez bien quelques unes de mes faiblesses, je ne comprends pas vraiment ce qui me cause tant de tort au point d'être écarté.

J'en viens donc à me remettre très sérieusement en question, ce métier n'étant tout évidence pas fait pour moi, selon l'appréciation de ceux qui l'exercent et y forment. Je ne sais pas trop encore aujourd'hui vers quoi me reconvertir mais je n'ai d'autre choix que de m'interroger sur mon avenir...

Si vous aviez une suggestion de domaine se rapprochant, je serais très heureux de l'entendre.

Panneau No Problem

Certains infirmiers font de très bons professionnels malgré plusieurs échecs au concours infirmier.

La communauté l'encourage à en savoir plus sur les raisons de ces échecs aux oraux. Êtes-vous allé voir le directeur de l'IFSI dans lequel vous avez passé votre concours, interroge Jo_Bis. Si ce n'est pas le cas, je vous encourage vivement à le faire : il vous expliquera vos manques et n'hésitez pas à lui demander des conseils (sur quoi vous devez plus particulièrement travailler). Ce serait une erreur de vous arrêter à je ne suis pas fait pour ce métier. Rater un oral ne veut pas dire que le métier n'est pas fait pour vous. Car dans un oral, plusieurs aspects sont à prendre en compte, comme la forme de l'oral (plan, construction des idées, structuration de l'argumentation…) ainsi que le fond (connaissance de la profession, arguments développés au regard du sujet). Je connais beaucoup de personnes qui ont tenté le concours cinq fois pour réussir et qui font de très bons infirmiers !. Le constat est le même pour Lenalan qui estime que ce n'est pas parce que l'on rate l'oral que ce métier ne nous convient pas, j'ai des amies infirmières qui ont eu le concours la quatrième ou la cinquième fois et qui sont d'excellentes infirmières. Il y en a une qui a eu le même jury trois années de suite (du mois la cadre infirmier). La cadre du jury ne l'a pas reconnue mais mon amie lui a dit "vous m'avez éliminée l'an dernier et les deux années d'avant mais je suis toujours là". La cadre lui a répondu "vous devez me détester", mon amie "non, toujours pas puisque je reviens, et je vous dirais la même chose l'année prochaine si vous m'éliminez encore, vous savez, j'ai le temps". Elles ont pas mal rit, mon amie a fait de l'autodérision sans se dénigrer). Et c'est cette année là qu'elle a eu son concours, avec une note de fou à l'oral... 

Je connais beaucoup de personnes qui ont tenté le concours cinq fois pour réussir et qui font de très bons infirmiers !

De l'intérêt de bien se préparer

Je pense que pour l'oral, il est important de d'abord se préparer à l'écrit, estime Poupette13. Expliquer ton parcours, pourquoi il a été ainsi, pourquoi tu souhaites le changer, ce qui ferait de toi un candidat à retenir (ta détermination par exemple, trois ans d'études, ce n'est pas rien, et tenter le concours plusieurs années à la suite, ça montre du courage et de la volonté, c'est bien). Rédige tout cela à l'écrit, relis toi plusieurs fois, apprends ton fil conducteur, ce que tu as vraiment besoin de dire (ce qui te semble important, primordial, ce qui fera la différence avec les autres) et enregistre toi ensuite en essayant de ne pas te relire. Et en te réécoutant, tu peux essayer de voir ce qui colle/ne colle pas dans ton discours, où tu as besoin de t'affirmer, si ton intonation est motivante, si tu utilises un bon vocabulaire… C'est ton parcours, tu le sais, tu l'as vécu. Pas besoin de l'apprendre par coeur, simplement de savoir ce que tu veux dire et de le dire de manière logique. Pour le reste, il y a beaucoup de questions qui reviennent très souvent, il y a des listes trouvables sur internet ou dans les livres. Ce qui serait bien, c'est d'essayer de le travailler. Aussi, c'est important d'avoir une vision réaliste du métier, pas biaisée et idéalisée comme on l'a parfois au début. C'est un métier difficile, et les études le sont également, et ça il ne faut pas avoir peur de le dire (à mon avis). On se vend, et se vendre, ça veut aussi dire avoir conscience des difficultés possibles, et de savoir comment y faire face.

Mignonnance, très timide et mal à l'aise à l'oral, a également tenté le concours infirmier. Mon fil conducteur a été de poser tout mon parcours et de trouver au moins une chose de positive et qui fait le lien avec la profession infirmière à chacun des éléments marquants de mon parcours, explique-t-elle. Ainsi, à chaque oral, je ressortais tout cela à bon escient. Cette technique permet de se préparer très bien et ainsi de faire face plus sereinement aux questions inattendues sans paraître trop figé à l'oral. Et cela montre aussi une certaine organisation au jury et de se sentir plus rassurer pour aborder cette épreuve.

Laissons le mot de la fin à Lenalan qui souligne, à juste titre, qu'en vrai, le jury juge une prestation à l'instant T, mais si tu es "fait" pour être IDE ou pas, ils n'en savent rien. Et d'ailleurs, est-on fait pour un métier plutôt qu'un autre ?

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE  Journaliste Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com  @ATrentesse

Commentaires (0)