ADMISSION EN IFSI

Culture générale 2004 - exemples

Exemples textes et questions de culture générale Mars 2004

Q1

Vous expliquerez pourquoi il est important que la population restreigne l'usage intempestif des antibiotiques, et vous développerez les moyens qui permettent cette prise de conscience chez chacun.

Q2

Commentez l'expression "utiliser la télévision intelligemment en transformant l'enfant consommateur passif en téléspectateur actif".

Q3

A votre avis, quels peuvent être les facteurs qui conduisent les personnes âgée à réduire leur apport alimentaire ?

Q4

"Pas facile, c'est vrai, d'être clair avec le tabac, surtout quand on est très jeune..." Après avoir explicité cette opinion, déclinez les arguments que vous avancerez pour convaincre les adolescentes de ne plus fumer.

Q5

Hormis le stress modéré et stimulant, que savez vous des effets néfastes d'un stress excessifs liés plus fréquemment à des difficultés professionnelles ?

Q6

Comment expliquer le manque d'intérêt des élèves pour l'école ? Comment y remédier ?

Q7

Pourquoi l'amendement proposé par le gouvernement à propos de l'interruption involontaire de grossesse fait il des nombreux opposants, notamment parmi les défenseurs des droits de la femme ?

Q8

Que vous inspire cette énième prise de produit dopant à l'égard du (des) sportif(s) concerné(s) ?

Q9

Quels sont les principes d'une alimentation équilibrée de la personne âgée?

Q10

Établissez les liens entre exclusion sociale et problèmes sanitaires

Q11

Qu'est-ce qu'un prix Nobel ?

Q12

LE TABAC

Hausses massives des prix du tabac, interdiction de la vente de cigarettes aux moins de 16 ans, remboursement des substituts nicotiniques, stricte application de la loi Evin : si aucune des mesures énoncées hier par le ministre de la Santé ne constitue une surprise de taille, l'architecture générale de son " plan d'offensive " contre le tabagisme atteste la détermination de Jean-François Mattei. L'objectif que lui a fixé le président de la république n'est, il est vrai, pas mince : obtenir d'ici 2007, " une diminution de 30% du tabagisme des jeunes et de 20% de celui des adultes ". Aussi le projet de loi de programmation en santé publique sera-t-il enrichi, d'ici à son examen par l'Assemblée nationale, à l'automne, de plusieurs dispositions antitabac dont certaines pourraient être vivement contestées. Dès hier, la Confédération des débitants de tabac a donné de la voix en accusant le ministre de faire le jeu des trafiquants de cigarettes : " il vient de donner un nouveau signe fort aux contrebandiers et aux bénéficiaires des ventes transfrontalières ", se sont notamment inquiétés les représentants des 34 000 buralistes français. Jean-François Mattei venait, il est rai, de frapper fort en se disant prête à augmenter chaque année le prix des cigarettes de 17 à 25 % ce qui mettrait le paquet au dessus de 7.5 euros à l'horizon 2007.

Source - Cyrille Louis (28 mai 2003) Le Figaro.fr


QUESTION
: Vous discuterez en première partie en quoi l'augmentation du prix des cigarettes peut avoir une incidence sur le fait d'arrêter de fumer et préciserez ensuite les mesures complémentaires indispensables à mettre en œuvre pour atteindre cet objectif.

Q13

LE BONHEUR : FAUT-IL AVOIR TOUT POUR ETRE HEUREUX ?

" Avoir tout pour être heureux " est une expression qui porte en elle le germe de sa propre destruction. " Avoir ? " On peut cesser de posséder d'un moment à l'autre. " Tout ? " Pour peu qu'il en manque un morceau, le château de cartes s'écroule. Du coup on vit un enfer. Nous aspirons tous au bonheur, mais nous nous y prenons mal. L'envisager comme la matérialisation de tous nos désirs et passions, et surtout le concevoir uniquement sur le mode égocentrique, c'est confondre l'aspiration légitime à la plénitude avec une utopie qui débouche inévitablement sur la frustration. Selon le bouddhisme, le bonheur authentique est essentiellement un état intérieur et non la réalisation de désirs illimités tournés vers l'extérieur. Certes il peut être influencé par les conditions extérieures, mais il n'en dépend pas. S'il trouvait sa source au dehors, le bonheur serait à jamais hors d'atteinte. Nos désirs sont sans limite et notre contrôle du monde partiel et temporaire. Si au contraire le bonheur est une manière d'être, un état d'esprit, rien de ce qui est extérieur ne peut faire obstacle à sa réalisation.

Source : Est Républicain - décembre 2003


QUESTION
: Expliquez comment la société de consommation actuelle participe à la recherche de l'avoir comme substitut du bonheur et montrez ensuite en quoi le bonheur ne résulte pas uniquement de la quête de l'avoir.

Q14

LE BEBE MEDICAMENT

Le premier " bébé médicament " britannique, James, est né lundi à Sheffield (nord de l'Angleterre), après un fécondation in vitro et un diagnostic pré-implantatoire (DPI) aux Etats-Unis, cette procédure de DPI étant interdite au Royaume Uni, a révélé le Daily Mail. James a été conçu dans le but de prélever des cellules souches et de les transplanter sur son frère Charlie, âgé de 4 ans, qui souffre d'une variante très commune d'anémie, baptisée Diamond Blachkfand.
Michelle et Jayson Whitaker ont opté pour une fécondation in vitro (FIV), après un diagnostic pré-implantatoire des embryons, afin de s'assurer que le système génétique du nouveau bébé, James, soit le même ou le plus compatible avec celui de son frère Charlie.

Source - LCI / Sciences : 16/12/03


QUESTION
: Après avoir défini le terme " bébé-médicament ", vous expliquerez pourquoi ce phénomène a fait la une des journaux en France et pourquoi il est nécessaire de légiférer.

Q15

ENFANTS ACCROCS DE LA TELE !

La télévision favorise-t-elle l'imagination, est-elle responsable du manque d'attention, rend-elle violent, a-t-elle un impact sur la sexualité des ados ? C'est un des classiques sur le rapport des enfants à la télévision que Marabout réédite ici. Pédopsychiatre, l'auteur ne se situe ni parmi les tenants du contrôle absolu des programmes, ni parmi ceux de l'interdit pur et simple. Partant d'une analyse des nouvelles habitudes télévisuelles (heures passées devant le petit écran, TV baby-sitter, etc…) et des dangers (psychologiques comme physiques) du petit écran, il met chacun devant ses responsabilités et prône l'éducation aux médias. Puisque la télévision est incontournable, autant apprendre à l'utiliser intelligemment en transformant l'enfant consommateur passif en téléspectateur actif.
Source : Stéphane Clerget - Marabout 2003


QUESTION
: Commentez l'expression " utiliser la télévision intelligemment en transformant l'enfant consommateur passif en téléspectateur actif ".

Q16

Des accidents de la route et des blessés en baisse : respectivement -17.5% et -19.4%. 1510 vies sauvés soit 4 vies sauvés par jour. avec 5732 personnes tuées, la mortalité sur les routes françaises a diminué de 21% en 2003.
Sur la courbe en pente douce du nombre de tués sur les routes de France, l'année 2003 restera marquée d'un creux, le plus ample enregistré depuis 30 ans. A l"époque, en 1973, l'imposition des premières limitations de vitesse et du port de la ceinture de sécurité dans un climat de laxisme routier avait fait chuter de près de 17000 à moins de 13000 le nombre de morts.
La tendance apparaît si marquée et si homogène, quels que soient les type d'usagers, que les autorités n'hésitent pas à saluer "une amélioration globale des comportements indépendamment de telle ou telle mesure spécifique".
"l'important désormais est de faire durer ces changements de comportements" souligne Remy Heitz, délégué à la sécurité routière. Sur la lancée de ces "résultats exceptionnels", le ministre des transports Gilles de Robien, a proposé un nouveau défi : descendre en dessous des 5000 morts dès 2004.

Extraits d'un article du journal "le Monde" du 14 janvier 2004


QUESTION
: En dehors des radars automatiques, avancez 5 explications à ces bons résultats.

Q17

L'alarme est donnée : en 10 ans, la consommation d'antibiotiques a augmenté de 115% chez les petits français. Les moins de trois ans en reçoivent 4 fois plus que la population générale. Pourtant 70 à 90 % des infections ORL de l'enfant sont d'origine virale.... Et dans ce cas, les antibiotiques n'apportent aucun bénéfice pour la guérison mais des risques pour la santé (effets secondaires...)! Une nouvelle campagne de sensibilisation, initiée par la Caisse Nationale d'Assurance Maladie se déroule donc cet automne. Objectif : donner aux parents "les clés du bon usage des antibiotiques" afin de préserver l'efficacité de ces médicaments. Spots télévisés, publi-rédactionnels dans la presse, informations sur www.ameli.fr; brochures à disposition ( à partir de décembre) dans les crèches, les écoles maternelles et les centres de protection maternelle et infantile(PMI)... diffuseront ce message de prévention.

Valeurs mutualistes n 228, novembre 2003


QUESTION
: Qu'est ce qui selon vous peut expliquer cette surconsommation d'antibiotiques ?

Q18

2ème cause de mortalité chez les 15-25 ans, première cause de décès parmi les adultes de 25-34 ans, le suicide touche tous les ages, mais chacun pourrait agir pour le prévenir, selon l'union Nationale pour la Prévention de Suicide (UNPS).(...)
Plutôt que de parler de suicide, un terme qui "peut entraîner un certain recul", il est préférable de formuler un "message pour la vie" a expliqué mardi devant la presse le Pr Michel Debout, président de l'UNPS.
Il s'agit, a-t'il dit, de "réfléchir à ce que l'on pourrait dire à celui qui est dans la détresse" et aux personnes en détresse de "dire le message qu'elles aimeraient recevoir"
160 000 tentatives de suicides sont enregistrés chaque année en France, entraînant 12 000 décès. Selon l'UNPS, qui organise du 2 au 6 février les 8 emes journées nationales de la prévention du suicide, chaque citoyen est concerné et peut intervenir pour prévenir le suicide.

Paris, 27 janvier 2004(AFP)


QUESTION
: Développez deux moyens de prévention possibles à l'heure actuelle

Q19

Il leur reste le souvenir des belles années, de cette grossesse heureuse et de ce bébé si tendre. Temps béni dans laquelle ils puisent régulièrement pour ne pas perdre courage. Car la vie a tourné, l'enfant chéri s'est peu à peu transformé en petit monstre autoritaire et indomptable. C'est la lutte quotidienne pour tout. Ca commence souvent dès le matin, vers 7 heures, par un réveil en fanfare : "debout, j'ai faim!" Se lever, supporter les dessins animés, et la colère parce que la boîte de Chocapic est vide. se battre pour lui faire avaler un quart de tartine, lui demander 10 fois d'aller se laver et s'habiller. le retrouver une demi-heure plus tard à jouer au légo, en tongs et short fluo parce "c'est ça" qu'il veut mettre, avec 10 degrès dehors. L'emmener de force à l'école, en tongs bien sur, sous l'oeil indigné de l'institutrice. L'accalmie pendant la journée, et puis la peur de rentrer le soir, pour la guerre des devoirs, la bataille de coquillettes et le supplice du coucher.

Extrait du Nouvel Observateur de novembre 2002


QUESTION
: Quelles sont les conséquences de ce type d'éducation pour l'avenir des enfants?

Q20

Les députés ont adoptés mercredi 10 décembre 2003, lors de l'examen en deuxième lecture du projet de loi sur la bio-éthique, plusieurs dispositions importantes - notamment l'autorisation "à titre expérimental" du recours au "bébé médicament". les parents ayant un enfant atteint d'une maladie incurable le condamnant à très brève échéance ont actuellement le droit de recourir au diagnistic pré-implantatoire, donc avec assistance médicale à la procréation, pour sélectionner un embryon indemne de cette maladie.
la mesure votée à l'Assemblée Nationale autorise une seconde étape, a expliqué Pierre Louis Fagniez (UMP, Val de Marne), rapporteur du projet de loi et auteur de l'amendement : "le prélèvement à la naissance de cet enfant, dans le cordon ombilical, de cellules souches qui permettront peut etre de guérir l'aîné, autrement condamné." cette étape suppose donc de choisir parmi les embryons indemnes celui qui a les caractéristiques les plus propices à fournier une thérapeutique à l'enfant malade.

Extrait d'un article du journal "Le Monde" du 12 décembre 2003


QUESTION :
présentez un argument en faveur de cette autorisation et un autre contre

Publicité

Commentaires (0)