ADMISSION EN IFSI

Culture générale 2008 - Tours

Sujet épreuve de culture générale Tours, mars 2008

Q1

L'environnement dans l'assiette

Cuisiner à la maison ne serait pas plus écologique que réchauffer un plat industriel au micro-ondes, selon les chercheurs danois.
Prêt à consommer Versus petit plat maison ; de la ferme jusqu'à notre assiette lequel est le plus écologique ?
Les avis sont partagés mais les résultats obtenus par les suédois ont de quoi surprendre. Ils ont comparé l'impact environnemental d'un même repas tout au long de la chaîne de production (boule de viande, pain carotte et lait) préparé de trois manières : à la maison, prêt à consommer, (congelé) ou semi préparé (patates en sachet et viande réfrigérée) et trouvé que cuisiner à la maison n'est pas plus "vert" que réchauffer un plat industriel au micro-ondes. Si le prêt à consommer est en effet plus gourmand en énergie, les émissions de gaz polluants et le gaspillage sont supérieurs pour le repas préparé à la maison, si bien qu'au final, les différences d'impact sont très minces.
Pour diminuer les coûts environnementaux, dans tous les cas, il faut privilégier une agriculture raisonnée (production et utilisation moindre d'engrais, consommation raisonnée de diesel) et le stockage-réfrigérateur dans les points de vente, qui utilise des technologies moins polluantes et consommatrices d'énergie.


Extrait de Sciences et avenir-Sept 2005

Question : Quelles sont les réflexions que vous pouvez apporter à la lecture de ce texte ?

Q2

Le bruit au travail gêne une personne sur deux

bruits mécaniques, voix, téléphone et musique, circulation automobile sont dans l'ordre des nuisances sonores qui dérangent le plus les français lorsqu'ils sont au travail.
C'est ce qui apparaît dans le sondage Ipsos, publié mardi 19 février, et réalisé à la demande de l'association Journée nationale de l'audition, qui aura lieu le 9 mars, et du groupe de retraite complémentaire et de prévoyence Méderic.
Selon cette enquête, un actif sur deux se dit gêné par un niveau sonore trop élevé au travail. Sans grande surprise, les catégories les plus touchées sont les agriculteurs et les ouvriers qui travaillent dans les ateliers. Les travailleurs des commerces arrivent derrière.
la moitié des personnes gênées par le bruit se plaignent de répercussions sur la santé : nervosité (58%), baisse de l'audition (36%), maux de tête, perte de mémoire, angoisse (29%).
Des protections auditives ne sont mises à la disposition que de quatre actifs sur dix. Parmi ceux-ci, 43% les utilisent systématiquement et 39% parfois.
En ce qui concerne le dépistage auditif, 43% des actifs peuvent en bénéficier dans le cadre des visites médicales.

Le Monde - 21 Février 2008


Question : Le bruit est un problème de santé publique en France : analysez cet extrait d'article et exprimez vous sur le sujet.

Q3

Cannabis et conduite automobile, des risques insoupçonnés

(...) Comme l'alcool, le cannabis est consommé dans tous les milieux sociaux, surtout chez les jeunes (dès 16 ans). Plus de 50% des jeunes de 19 ans disent avoir consommé, dont un tiers régulièrement (20 fois par mois ou plus).
l'Académie nationale de médecine a mis en garde contre sa banalisation :
"La tendance actuelle à sa banalisation résulte d'une information tronquée ou partiale, occultant les sévères altérations de la santé que favorisent largement les changements récents, portant aussi bien sur les modalités de consommation de cannabis que sur les produits utilisés et leur concentration en principe actif."
(...) En 1996, des experts de la circulation estimaient déjà que les excès de vitesse et la conduite sous l'emprise de stupéfiants constituaient les deux premières causes d'accidents de trafic. Dès 1991 une circulaire européenne (entrée en vigueur en France le 1er juillet 1996) indiquait les moyens légaux pour écarter de la route les conducteurs adeptes des stupéfiants. (...)
Outre les accidents du trafic et les délits routiers, le cannabis est impliqué dans les violences sexuelles et probablement dans certains accidents du travail (avec l'alcool).

La revue du soignant en santé publique - juin/juillet 2007


Question : La consommation de cannabis est un problème de santé publique en France ; analysez cet extrait d'article et exprimez vous sur le sujet.

Q4

Maître du chien, maître de soi

Depuis 1999. date de sa création, l'association calvadosienne OSCARE (Organisation Sociale Canine d'Aide à la Restructuration de l'Enfant) a accueilli quelques 400 jeunes.
Son objectif : promouvoir, par le biais de l'animal, le développement et la restructuration des enfants et des adolescents présentant des troubles du comportement ou rencontrant des difficultés d'insertion sociale.
A son arrivée, chaque jeune choisi un chien qui sera son compagnon et dont il aura la responsabilité tout au long du séjour (1 an).
l'animal est un support éducatif, sans prendre une place disproportionnée dans la relation triangulaire éducateur/enfant/animal.
L'enfant est chargé de s'assurer du bien être de son animal, de le nourrir, de l'éduquer...
Durant les activités, l'animal fait tampon, devient une passerelle entre l'univers du jeune et celui de l'adulte. La communication devient plus facile car les messages passent par la médiation de l'animal.
Le chien n'obéit pas ? l'enfant qui comprend pourquoi et parvient à corriger ce comportement aura fait, sans en avoir conscience un travail sur lui même. "L'enfant se sent maître de l'animal et reçoit du respect, c'est très positif" analyse G. Francequin, psychologue.
l'animal aide aussi l'équipe à rassurer, à comprendre, à expliquer et à transporter certaines valeurs humaines ou certains évènements de la vie. Ainsi, le décès d'un chien en janvier dernier a-t-il été l'occasion de travailler sur les notions d'attachement et de deuil.

A.S.H. magazine N°26 - Mars/Avril 2008


Question
: Que pensez-vous de cette démarche ?

Q5

Education et société

Le Point : Selon vous, plutôt que de les envoyer chez le psy, les parents auraient dû remplir leur rôle d'éducateurs, et ce dès la toute petite enfance. Mais pourquoi ne l'ont-ils pas fait ? Que s'est-il passé ?
Aldo Naouri : En toile de fond de ce "défaut d'éducation", il y a deux évenements fondamentaux, et en tout premier lieu la maîtrise totale, dès 1975, de la contraception. Je m'en réjouis, évidemment. Mais elle change tout ! l'enfant n'est plus une conséquence involontaire de la sexualité des adultes, il est un pur produit de leur volonté, placé par conséquent au sommet de l'édifice familial. et puis nous sommes passés durant la même période d'une société de pénurie à une société d'abondance. Je m'en réjouis aussi ! Sauf que, dans une société de pénurie globale comme celle que nous connaissions avant les années 70, le message intrinsèque à l'éducation était : "tu ne peux pas tout avoir". Un statut était donné d'emblée à la frustration, à ce que les psychanalystes appellent le manque, qui est selon moi essentiel à l'éducation d'un enfant dès son plus jeune âge.

Extrait de l'entretien "Aldo Naouri aux parents : soyez autoritaires" - Le point-mars 08


Question
: Êtes-vous d'accord avec la position d'Aldo Naouri ? Argumentez votre réponse.

Publicité

Commentaires (0)