ADMISSION EN IFSI

Culture générale 2009 - Vienne

Sujet épreuve de culture générale Vienne, mars 2009

Q1

L’œil de la caméra sur….veille

Sujet largement source de polémique, la vidéosurveillance, nommée aussi vidéo protection fait débat. Certains y sont opposés, d'autres la soutiennent. En tout cas, débat ou pas, nombre de bourgades du Haut Vaucluse y pensent, s'y mettent ou la développent.
Placées dans des lieux publics mais posées de façon très discrète, les cameras de vidéo protection sont généralement plantées sur les carrefours et plus particulièrement dans les centres villes. Ce système est destiné à prévenir les agressions, vols et actes de vandalisme sur les zones publiques. Grâce a un visionnage en direct, il permet d'anticiper les nécessités d'interventions, par un enregistrement 24 h / 24, et vise a aider les forces de l'ordre si des éléments visuels peuvent intervenir pour l'enquête. Son implantation est assez lice aux positionnements politiques municipaux majoritaires...
Cependant, afin de bénéficier d'un fond interministériel, la ville d'Orange vise à « rendre disponibles toutes les images à la police nationale, pour un visionnage en direct. Sans, bien évidemment, entacher la vie privée des citoyens. Cela a pour but d'apporter une énorme sécurité a la population », selon Gérald Testanière adjoint charge de ce projet...
Caroline Denime, La Provence, 01/11/2008

Développer le questionnement que suscite cet article.

Q2

Femmes au foyer

Des femmes en infériorité, invisibles mois surtout secondaires, voici ce que nous présentent les médias à l'heure actuelle. Le rapport de la commission du conseil supérieur de l'audiovisuel souligne qu'elles sont « plus anonymes, davantage victimes ». Et surtout « très peu expertes ».
De nouveau, les chiffres parlent: sur RTL, qui a le meilleur rapport dans le temps de parole - 41 % pour les femmes, 59 % pour les hommes -, le temps moyen accordé aux femmes experts est de 1 minute 35 contre 25 minutes pour les hommes. « Le stéréotype qui à la vie la plus dure, ce n'est pas celui de la femme en soutien-gorge pour vendre des soutiens-gorge, mais bien toutes ces images ou les femmes n'ont jamais le rôle d'expertes où elles sont toujours ramenées a la maison », commente Mercedes Erra, fondatrice de l’agence de publicité BETC Euro RSC~; et membre de la Commission. La vision de la femme rattachée au foyer et de l'homme parole d'autorité et acteur de la société semble avoir du mal à évoluer.
Femme actuelle.fr, septembre 2008

Quelle problématique ce texte met il en exergue ?

Q3

Le bruit un fléau passé sous silence

Plus de la moitié des français se disent régulièrement agressés par le bruit et il est l'une des principales causes de troubles psychologiques. Pourtant, les victimes se sentent isolées et sans défenses.
Par leur faute, la vie des riverains de la rue Clairaut, dans le XVIIe arrondissement de Paris était devenue un enfer. Un cauchemar peuplé de hurlements nocturnes et de pétarades de scooter. La police avait bien tenté de ramener le calme en demandant a cette bande de jeunes gens de cesser de se réunir le soir au pied des immeubles, mais en vain. Pourtant, contre toute attente, la plainte déposée début octobre par des riverains a été suivie d'une série d'arrestations et la dizaine de fauteurs de troubles comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Paris le 11 décembre dans le cadre du délit « d'agression sonore »: une première dans les annales de la guerre livrée à la nuisance par le bruit.
La loi Royal de 1992 a donné un cadre a des poursuites; le décret 2006 les a modifiées et renforcées. Il faut les appliquer ! De fait au pénal, non seulement les procédures ont une fâcheuse tendance à s'enliser mais les peines prononcées dépassent rarement 200 euros d'amende: une aimable plaisanterie pour certains établissements de nuit qui brassent des milliers d'euros.
Le Dauphiné Libéré - 5 Novembre 2008

Que pensez-vous de ce constat?

Q4

Fruits et légumes

Consommer des fruits et légumes locaux de saison permet de concilier le respect de sa santé, de l'environnement et des conditions sociales liées a la production. En deux générations, la consommation de fruits et légumes frais a été diminuée par quatre.
Présentée comme un impératif de santé publique, la consommation de fruits et légumes frais nécessite de faire un peu de ménage dans son assiette et de se poser des questions sur l'origine et les modes de production.
Des études ont démontré que les fruits et légumes cultivés sous serres et hors sol sont moins riches en éléments nutritifs que ceux cultivés de manière traditionnelle. Cueillis avant maturité, ils n'auront en plus pas le temps de développer pleinement leurs saveurs et leurs nutriments. Durant le transport, ils perdent encore une bonne partie de leurs bienfaits, surtout des vitamines, très sensibles à l'air, à la chaleur et surtout au temps qui passe.
Leur dégradation commence au moment où ils sont cueillis...
II est donc important de déguster les végétaux quand ils sont encore tout frais, c'est-à-dire, pas après un voyage en bateau ou en avion, qui aura pu durer des semaines !
Dans la grande majorité des cas, il est possible, si vous choisissez des fruits et légumes de saison et de votre région, de les consommer dans les deux ou trois jours suivant la cueillette. Le résultat en terme de santé est incomparable !
Planete-durable.com

En quoi cet article met-il l'accent sur la complexité des messages relevant du champ de la santé publique ?

Q5

Les patrons n’ont pas appris le social

N.O. - Pourquoi la France a-t-elle découvert si tard, au début des années 2000, que le stress au travail existait ?
P.Askenazy- D'abord, tout le monde ici a cru que les nouvelles technologies allaient améliorer les conditions de travail. Ce fut un leurre. Aux Etats-Unis comme en Grande Bretagne, on s'est emparé de ce sujet beaucoup plus tôt. Il existe dans ces pays des filières universitaires qui forment les directeurs des relations humaines, mais aussi, l'élite du syndicalisme. C'est l'un des facteurs clés. En France, les chefs d'entreprise n'ont pas appris le « social ».
N.O. - Comment expliquez-vous les suicides chez Renault ?
P.Askenazy - Le grand patron Carlos Ghosn est arrivé du Japon ou il avait dirigé Nissan en assurant que les François étaient des paresseux. Lui, le meilleur manager du monde allait sauver cette entreprise ! Personne n'est en mesure de l'affronter. Au techno centre, la dégradation de l'état psychique de certains cadres a atteint un point de non retour...
N.O. - Cette souffrance au travail est contre-productive ?
P.Askenozy - Pas nécessairement. Certaines entreprises peuvent avoir intérêt à pressuriser leurs salariés. Les employés licenciés ont droit à l'assurance chômage. C'est la société qui va les prendre en charge. Même chose pour les arrêts de travail. On devrait appliquer aux entreprises qui stressent leurs salariés le principe du « pollueur payeur ».
Le Nouvel Observateur 13/19 mars 2008 Entretien avec Philippe Askenazy chercheur au CNRS auteur des « désordres du Travail » Propos recueillis par M. Gilson.

« Les patrons n'ont pas appris le social », Comment comprenez-vous cette phrase ?

Publicité

Commentaires (0)