Soignants, trouvez votre futur poste

EMPLOI

Emploi : plus d'offres mais des contrats précaires dans la santé

par .

Cet article fait partie du dossier :

Conseils emploi

Selon les résultats d'une enquête menée par Joblift, en 2016, le marché de l'emploi des professionnels de santé s'est plutôt bien porté puisque les publications d'offres ont augmenté de 27,7 % par rapport à 2015 mais les soignants doivent souvent composer avec des emplois précaires. Explications.

hopital infirmieres

Les infirmiers se sont principalement vu proposer des contrats intérimaires et des CDD en 2016 selon une étude menée par Joblift.

Les métiers de la santé sont très demandés sur le marché de l'emploi, comme le révèlent les résultats d'une étude menée par Joblift1. En effet, les publications d'offres dans le secteur de la santé ont augmenté de 27,7 % entre 2015 et 2016. Chez les infirmiers, le nombre de publications a cru de 29,9 % et de 33,2 % chez les aides-soignants. Toutefois, les offres proposées conduisent souvent à des emplois précaires.

Moins de contrats à durée indéterminée pour les infirmiers

Les établissements, publics comme privés, privilégient les contrats temporaires aux contrats à durée indéterminée (CDI) ce qui engendre une précarisation des emplois. Ainsi, le nombre de (CDI) proposés a diminué de 7 % dans le secteur public alors que le nombre de contrats à durée déterminée (CDD) a augmenté de 5 %. Soulignons également que par rapport à 2015, le nombre d'offres proposées par les structures publiques a chuté de 13 %. Le secteur privé a quant à lui proposé plus de contrats intérimaires (+ 6 %) au détriment des CDI qui ont perdu 6 points. Les infirmiers sont particulièrement touchés par la baisse du nombre de CDI proposés. Seules 44 % des offres publiées pour les IDE sont des CDI. 29 % et 26 % sont des contrats en intérim ou des CDD.

infographie emploi

Du fait de la croissance importante des secteurs de la gériatrie (30 000 structures en plus par rapport à 2015) et de la petite enfance (400 000 structures en plus), les EHPAD et crèches devraient fournir un emploi stable et durable aux professionnels de santé dans les années à venir. Le nombre d'offres proposées dans ces établissements est d'ailleurs en forte augmentation (+41 % pour les aides-soignants et +34 % pour les infirmiers en EHPAD notamment). Rappelons également que selon le rapport « Les métiers en 2022 », publié en avril 2015, les perspectives d'emploi des professions de soins et d'aides aux personnes fragiles sont plutôt bonnes. En dix ans, 350 000 postes nets d'aides à domicile, d'aides-soignants et d'infirmiers devraient être créés., dont 92 000 emplois d'IDE.

Emploi infirmier : Infirmiers.com mène à nouveau l'enquête

La précarisation de l'emploi infirmier avait déjà été pointée du doigt en mai dernier dans une étude menée en ligne par Infirmiers.com. Afin d'avoir des informations plus précises concernant l'emploi des infirmiers en 2016 (quelles sont les régions où les infirmiers connaissent le plus de difficultés, qui sont les plus touchés par les contrats précaires...), Infirmiers.com mène l'enquête pour la troisième année consécutive. Pour participer, il suffit de remplir le questionnaire ci-dessous ou de se rendre sur framaforms.org. À diffuser largement !

Note

  1. Joblift est un meta-moteur de recherche d'emploi.
Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE Journaliste Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com @ATrentesse

Retour au sommaire du dossier Conseils emploi

Publicité

Commentaires (2)

plouf84

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

A propos de chiffres

je suis un peu surpris par les chiffres donnés dans l'article concernant les créations de "structures"?
c'est colossal et devrait se voir dans la vie quotidienne!
ne s'agirait il pas de créations de postes "en structure"? cela fait déjà un gros appel d'air pour une population infirmière évaluée à ce jour à 600 000....

Quand à la notion de précarisation, elle n'est pas nouvelle!
le recours aux CDD et intérim est devenu un dogme dans la rentabilité des établissements (surtout dans le privé).
En attendant de créer LE poste, on fait venir des intérimaires, qui, lorsqu'ils conviennent, se voient proposer des CDD aux mêmes conditions que l'intérim.
Chercher autour de vous et compter les CDD d'un jour renouvelés.... renouvelés ... et renouvelés encore.

Certes le Droit existe, mais qui va se tirer une balle dans le pied en portant l'affaire devant des juridictions qui vont durer longtemps... et détruire tout espoir d'embauche définitive dans cet établissement.

Regardez même le contenu de ces CDD et vous retrouverez souvent, une clause qui permet à cet "employeur" de vous renvoyer chez vous (sans être payé donc...)en cas de besoin du service!
J'en tiens copie à disposition s'il y avait des incrédules! Alors la précarité se ressent du côté salarié et se nomme différemment à la direction d'établissement (et même direction des soins hélas) sous le terme de modularité de la main d'oeuvre!

Et s'il y a tant d'absence que cela, il faut peut-être se poser la question du pourquoi ? (conditions de travail; risques psychosociaux; horaires; surcharge de travail....) et du comment (pas de pool de remplacement; restrictions des postes au strict minima;..) sacrifiés sur l'autel de la rentabilité (PRIVE) ou du Plan de Retour à l'Equilibre (PUBLIC).

Allez, bon courage à toutes et tous!

nous faisons le plus beau métier du monde.... et beaucoup ne veulent pas le savoir!

RDS

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Soyons précis;)

A vous lire, la précarisation des infirmiers est voulue par les établissements, qui ne "proposeraient" rien d'autre que du CDD ou de l'INTERIM. Juridiquement parlant, il n'est pas possible de maintenir quelqu'un en CDD ou Intérim, juste par envie ou par volonté. C'est interdit, au risque de voir le remplaçant, requalifier en CDI. C'est du Droit..Donc, soyez plus honnête dans la manière dont le sujet est traité.En effet, vous devriez préciser que si se sont principalement des contrats intérimaires et ou des CDD qui sont proposés, c'est surtout pour remplacer, les salariés absents.. Par ailleurs, vous oubliez également d'indiquer que la rémunération d'un CDD, ou intérimaire, permet de percevoir les 10% précarité+ 10% de congés payés.. Quand un poste est vacant, il est souvent difficile à pourvoir en CDI, pour les raisons énoncées préalablement.