EMPLOI

Infirmiers intérimaires : salaires en hausse, mais...

par .

L'Appel Médical a publié, le 22 avril 2014, les résultats de son troisième baromètre sur les salaires des professionnels de santé intérimaires. Chez les infirmiers, l'année 2013 équivaut à une légère hausse des salaires, mais pas que... Explications.

couloir hôpital soignant

Intérim santé : une augmentation des salaires à nuancer

Le 22 avril 2014, l'Appel Médical a dévoilé les résultats de son troisième baromètre1 concernant les salaires des professionnels de santé intérimaires. Ainsi, l'enquête révèle qu'en 2013, les infirmiers diplômés d'État ont gagné en moyenne 2 185 euros brut par mois, soit une hausse de 1,40 % par rapport à l'année 2012. De plus, comme nous l'avons relevé dans différents articles (Sud-Ouest, Grand Sud-Est, Île-de-France) le recrutement d'infirmiers pour l'année 2013 s'est avéré délicat. Une tendance qui se confirme également pour l'intérim. La situation économique, et plus particulièrement les contraintes budgétaires, ont en effet favorisé les difficultés d'accès à l'emploi. Toutefois, selon l'Appel Médical, cette situation ne devrait pas durer. Les départs à la retraite naturels et les besoins en soins croissants de la population vieillissante devraient en effet permettre à la profession de retrouver son caractère pénurique.

IADE et IBODE : un pouvoir d'achat en baisse

Malgré une hausse des salaires s'élevant à 0,40 % pour les infirmiers anesthésistes d'État (IADE), soit un salaire moyen de 3 821 euros, et à 0,70 % pour les infirmiers de bloc opératoire diplômés d'État (IBODE), soit une rémunération moyenne de 3 131 euros, leur pouvoir d'achat a été moindre. L'inflation, qui a atteint 0,90 % en 2013, est en effet supérieure aux revalorisations salariales et a ainsi engendré une baisse du pouvoir d'achat chez ces professionnels intérimaires.

Par ailleurs, selon l'enquête, les IADE peuvent compter sur de nombreux postes vacants, notamment en région parisienne où sont situés plus de la moitié des blocs opératoires. Cette pénurie s'explique par de nombreux départs à la retraite et un déficit de formation dû à la baisse des quotas intervenue il y a quelques années, note-t-on. Toutefois, le numerus clausus ayant été relevé en 2013, on devrait constater une meilleure adéquation entre l'offre et la demande dans les deux prochaines années.

Les IBODE sont les professionnels de bloc ayant rencontré le plus de difficultés sur le marché de l'emploi temporaire en 2013. En cause, les réductions budgétaires, notamment à l'Assistance Publique – Hôpitaux de Paris. Les missions proposées ont ainsi été plus courtes, parfois à la journée, et dans l'urgence. L'Appel Médical remarque également que la professionnalisation des infirmiers en soins généraux espagnols et portugais, arrivés en France en 2012 et formés aux compétences du bloc, entrent en concurrence directe avec les IBODE nationaux.

Note

  1. Étude menée par Appel Médical d'après l'analyse de 555 315 fiches de paie d'intérimaires et réalisée sur les années pleines 2013 et 2012.
Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE  Rédactrice Infirmiers.com  aurelie.trentesse@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Intérim

envie de changer de poste

Publicité

Commentaires (3)

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

246 commentaires

#3

C'est bien les salairtes en intérim...

Bonjour, en effet, comme le titre de l'article l'indique, il ne s'agit que des salaires des infirmiers intérimaires...

Dop@mine

Avatar de l'utilisateur

61 commentaires

#2

Quelles salaires...

Je trouve ces salaires étonnamment élevés (IBOD / IADE).

Que ce soit pour l'un ou l'autre, concernant mon entourage direct ou dans le privé, c'est généralement 1500€ de moins en moyenne.

En même temps, si ce ne sont que des chiffres de remplacement en intérim, c'est une autre histoire...

vertba

Avatar de l'utilisateur

25 commentaires

#1

Direction misère

"La situation économique, et plus particulièrement les contraintes budgétaires, ont en effet favorisé les difficultés d'accès à l'emploi. Toutefois, selon l'Appel Médical, cette situation ne devrait pas durer. Les départs à la retraite naturels et les besoins en soins croissants de la population vieillissante devraient en effet permettre à la profession de "retrouver son caractère pénurique"....
Çà a tout du gag, de la méthode Coué ou de l'insulte à la jugeote basique, cette phrase là...Les 10 milliards d'économie concernant la sécu se feront également sur le dos du personnel...La FHF se propose de renégocier les accords sur les 35 h, ce qui permettrait de regagner des journées de travail sans embaucher...Chômage, conditions de travail dégradées , temps partiel imposé et baisse des revenus, voici ce qui nous attend...La santé est un marché et il n' y a aucune raison pour que nous puissions échapper au sort de ceux qui bossaient ou bossent encore pour le marché de l'industrie..Demandaient donc à de vieux métallurgistes comment à débuté la destruction de leur travail...Démarche qualité, logique compétence qui a remplacé la qualification professionnelle ( logique métier ), rationalisation des organisations...Et à la fin, on ferme et direction pôle emploi !