Soignants, trouvez votre futur poste

EMPLOI

Offrir des salaires qui permettent aux infirmières de vivre partout dans le monde...

Cet article fait partie du dossier :

Conseils emploi

Le 21e Forum international de la main-d’œuvre du Conseil international des infirmières (CII) (1) s’est déroulé à Helsinki, en Finlande, du 28 au 30 septembre 2015. Les débats y ont porté sur les ressources humaines et les conditions de travail dans la profession infirmière. Dans son communiqué final, le Forum appelle tous les gouvernements à reconnaître que les infirmières doivent absolument participer aux grandes décisions relatives aux soins de santé et à réaffirmer l’importance des soins infirmiers pour la prestation de soins de qualité. 

stethoscope monde

Les pays doivent agir pour garantir la pérennité de la main-d’œuvre pour la santé, notamment en investissant suffisamment dans leurs personnels de santé.

Organisé par l’Association des infirmières et infirmiers de la Finlande le Forum international de la main-d’œuvre a rassemblé des infirmières expertes des pays suivants : Canada, Danemark, États-Unis, Finlande, Irlande, Japon, Nouvelle Zélande et Suède. Les thèmes abordés étaient notamment le harcèlement au travail, la dotation en effectifs sûre, la fidélisation du personnel infirmier, les stratégies et compétences de lobbying ; une séance de formation à la négociation d’accords a aussi été organisée. La couverture sanitaire universelle et la stratégie mondiale de l’OMS sur les ressources humaines pour la santé à l’horizon 2030 – deux priorités pour le CII www.icn.ch – étaient également à l’ordre du jour.

Lesley Bell, infirmière consultante au CII et animatrice du Forum, observe que les participants ont défendu avec force le rôle des infirmières dans la fourniture des soins de santé primaires centrés sur la personne, partant du principe qu’il n’y a pas de soins de santé possible sans main-d’œuvre, et que la main-d’œuvre ne saurait manquer d’infirmières et de sages-femmes bien formées, travaillant dans toute l’étendue de leur domaine de compétence au sein d’environnements favorables à la pratique.

Appeler les gouvernements à reconnaître que les infirmières doivent absolument participer aux grandes décisions relatives aux soins de santé et à réaffirmer l’importance des soins infirmiers pour la prestation de soins de qualité.

Christiane Wiskow, spécialiste du secteur des services de santé au Bureau international du Travail (BIT), a présenté la Convention concernant l'emploi et les conditions de travail et de vie du personnel infirmier de l’Organisation internationale du Travail. Elle a souligné que cet instrument reconnaît le rôle essentiel du personnel infirmier et définit des normes minimales de travail tenant compte des conditions particulières dans lesquelles les soins infirmiers sont prodigués. La compétition pour les travailleurs de santé qualifiés va s’intensifier ces prochaines décennies, au niveau des pays et au niveau international. Les conditions de travail difficiles, les salaires trop bas et les perspectives de carrière limitées sont autant de facteurs qui poussent les travailleurs de santé à émigrer et les infirmières à quitter prématurément leur secteur d’activité, a observé l’experte du BIT.

La répartition inégale des personnels de santé - non seulement au niveau mondial mais aussi, dans les pays eux-mêmes, entre régions rurales et urbaines - est problématique en ce qu’elle entraîne des inégalités dans l’accès aux soins de santé, a également relevé Christiane Wiskow. Les pays doivent agir pour garantir la pérennité de la main-d’œuvre pour la santé, notamment en investissant suffisamment dans leurs personnels de santé. Concrètement, il faut non seulement investir pour former davantage de travailleurs de santé, mais aussi créer des opportunités d’emploi, instaurer de bonnes conditions de travail et offrir des salaires qui permettent aux infirmières de vivre.

Le Forum international de la main-d’œuvre du Conseil international des infirmières plaide pour une dotation sûre et un avenir meilleur pour les infirmières et pour leurs patients.

Les effets de la crise économique se font sentir partout dans le monde : baisse des critères de recrutement des infirmières, coupes salariales et compromis dans la qualité des soins et la sécurité des patients, a expliqué Merja Merasto, présidente de l’Association des infirmières et infirmiers de la Finlande, ajoutant que la situation est préoccupante du point de vue des infirmières aussi bien que des patients. Les coupes n’amélioreront pas l’efficacité des soins de santé non plus que l’attractivité du secteur. Au contraire, le moment est venu d’essayer de nouvelles méthodes concernant, par exemple, la répartition du travail, l’extension des descriptifs de poste des infirmières et des solutions pour améliorer l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie familiale.

Par ailleurs, les chefs de file présents ont déclaré leur solidarité avec l’Association finlandaise et Tehy, le syndicat des professionnels de la santé et de la prise en charge sociale en Finlande, dans un contexte où le gouvernement de la Finlande tente de limiter les droits de négociation collective des infirmières. Ils ont appelé les autorités finlandaises à protéger et renforcer les droits des infirmières.

Concrètement, il faut non seulement investir pour former davantage de travailleurs de santé, mais aussi créer des opportunités d’emploi, instaurer de bonnes conditions de travail et offrir des salaires qui permettent aux infirmières de vivre.

Le Forum international de la main-d’œuvre du CII est une rencontre annuelle de réflexion et de débat autour des enjeux pour notre profession et des conditions de travail des infirmières. Le CII organise, en outre, des forums régionaux pour stimuler la réflexion, soutenir l’apprentissage et en fin de compte élaborer des stratégies proactives en matière de main-d’œuvre infirmière. Les forums contribuent à la pertinence des programmes du CII et soutiennent son action au niveau international. Pour de plus amples renseignements sur les forums de la main-d’œuvre du CII, y compris les rapports de pays et les synthèses de données, consulter : www.icn.ch.

Note

  1. Le Conseil international des infirmières (CII) est la fédération de plus de 130 associations nationales d’infirmières, représentant les millions d’infirmières dans le monde. Géré par des infirmières et à l’avant-garde de la profession au niveau international, le CII promeut des soins de qualité pour tous et des politiques de santé solides, partout dans le monde.

responsable de communicationConseil international des infirmières (CII)  www.icn.ch

Directeur, Politique de la santé et Développement nina.hahtela@sairaanhoitajaliitto.fi  www.icn.ch

Retour au sommaire du dossier Conseils emploi

envie de changer de poste

Publicité

Commentaires (0)