Soignants, trouvez votre futur poste

EMPLOI

"Quel dommage, l'humanité se perd..."

Cet article fait partie du dossier :

Conseils emploi

Ce petit texte reçu spontanément à la rédaction nous permet de mesurer que les difficultés pour trouver un poste à la hauteur de ses compétences sont aujourd'hui une réalité pour les infirmiers...

infirmière personne âgée scène d'extérieur

Légende de l'image figcaption

Je viens de lire votre article concernant le chômage infirmier.

Vous êtes peu nombreux à en parler et je crois pourtant que c'est important car le grand public ne le croit pas et n'en mesure pas les conséquences sur le terrain et sur les soins.

Vous parlez du chômage des jeunes diplômés, mais il faut que vous sachiez que ce ne sont pas les seuls qui sont affectés. En effet, je suis infirmière depuis douze ans, avec une solide expérience dans le domaine de l'urgence validée par un diplôme universitaire (DU). Au cours de ma carrière, j'ai aussi exercé deux ans en "pool chirurgie" et trois ans dans le domaine de l'addiction.

J'accompagne mon mari depuis six ans lors de ses mutations et jusqu’à l'année dernière je n'ai jamais eu de difficultés à retrouver un poste dans les domaines que je maîtrise. Mais voilà que depuis juillet 2013, les entretiens se succèdent et deux éléments en ressortent :

  • l 'expérience et les compétences ne sont plus les seuls critères de sélection dans le recrutement des infirmiers ;
  • l'ancienneté serait un critère d'exclusion, car nous sommes des agents trop "chers" dans un contexte économique difficile.

Je suis passionnée par mon métier mais un peu fatiguée et très inquiète de ce qu'en fait aujourd'hui le système et surtout des conséquences pour nos patients. Par ailleurs, je ne continuerais pas à pratiquer cette profession en dépit d'une certaine éthique. Elle est malmenée par nos dirigeants et oubliée, bien malgré eux j'imagine, par nos cadres de santé...

Quel dommage, l'humanité se perd à l'endroit où elle devrait être la plus présente....

Cordialement à vous tous...

Creative Commons License

Infirmière marion.lledos@gmail.com

Retour au sommaire du dossier Conseils emploi

Publicité

Commentaires (3)

Pumba007

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#3

Made In France

Aujourd'hui en France l’Hôpital publique n'existe plus telle que les générations précédentes l'ont connus.

Je suis Infirmier depuis presque 10 ans . Je me souviens avec nostalgie de mes années de formation ou l'on prônait : La Qualité et la déception de voir qu' aujourd'hui un seul mot revient : La Rentabilité.

Et oui , l’Hôpital est une entreprise qu'il faut rentabiliser . Sachant que les salaires représentent la principale source des dépenses , il ne faut pas sortir de "Saint Cyr" ou polytechnique pour comprendre la politique actuelle des équipes dirigeantes.

J'ai bcp d’inquiétude pour l'avenir , déçu de voir nos cadres se retrouver de une position d'ennemi , d'entendre nos médecins parler de taux de remplissage des lit

J'entends par des anciens collègues les difficultés de trouver un poste , cette sensation que l’expérience n'est plus un critère de recrutement mais quasiment de non recrutement . Plus tu as un échelon avancé , plus tu as de chance d’être recaler.
Triste et dangereux pour l'avenir d'une entreprise que l'on condamne a une mort certaine.

A croire que c'est ça le "Made In France" , faire croire que l'on va sauver le navire pour mieux le couler ensuite.
De plus si cela s’avère être une réelle volonté , une réelle directive il faudra rapidement la dénoncer afin d'éviter d'avoir des services complets à la dérive avec en son sein : des jeunes diplômés incompétents (génération sacrifié du nouveau programme mis en place sans préparation ) , des vacataires , des intérimaires, des anciens démotivés , des infirmières ne rêvant que de quitter l’hôpital après seulement 2 a 3 ans d'exercice.

Ce dernier point me préoccupe car avant la transmission inter-service , la mémoire propre au service ce faisait de la génération d’infirmières en place à la suivante par petite touche , par petite . 8 ans , 5ans , 3ans , voir 2 voici l'évolution de la durée de vie d'une infirmière a l’hôpital. Du coup , il faut reconstruire tous les 2 a 3 ans totalement.

Ptiotedd

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Bonjour chômage !!

Moi deux ans de diplôme et déjà 3 différents travail en CDD et je cherche le 4 eme, et mon premier RDV pôle emploi la semaine prochaine ! Dans 3 mois c est la sortie des écoles si je trouve pas avant juillet je crois que je peu déménager! Mais question dans quelle région reste t il du travail ??? Parce que franchement je vois pas ! Les IFSI sont rempli de futurs chômeuses !

haylouise

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

inquiétude

Jeune diplômée et pourtant je ne travaille qu'à 70%. Après un contrat de 6 mois à 100%, celui ci a été renouvelé qu'à hauteur de 70% puis ne sera pas dû tout renouvelé en juin. La situation de l'emploi est actuellement très désespérante dans la région nantaise. Je suis pourtant inscrite dans plusieurs boites d'intérim (et répondent à chaque fois la même chose " l'emploi est très critique actuellement") et à pole emploi. De plus, cet été plus de 250 nouveaux infirmiers seront diplômés dans la région. Chaque jour, je craints pour la profession, pour notre avenir, pour le mien. Je suis sortie diplômée avec des rêves et des projets professionnels pleins la tête. Mais cela n'a pas duré très longtemps. On a vu la situation se dégrader rapidement même pendant nos études. Les professionnels nous reflétaient leur inquiétude déjà lors de nos stages. Je fais ce métier par passion et pourtant je me demande si je ne dois pas repenser mes projets que ce soit professionnel et personnel. Je vis dans l'incertitude et peine à m'investir pleinement professionnellement faute d'ambition de la part des employeurs. En effet leur politique actuelle est de tendre vers le raciaux soignants/patients (qu'ils appellent clients) le plus bénéfique (pour eux). Je passe (sur le plus important pourtant) la prise en charge des patients qui devient insatisfaisante tant pour le patient que pour les soignants. La situation est critique et inquiétante.