EMPLOI

Travailler en Guyane ? Ce qui pourrait vous donner envie…

Cet article fait partie du dossier :

Conseils emploi

    Précédent Suivant

Cécile a  quitté la métropole il y a 6 ans, jeune diplômée infirmière, pour la Guyane. Elle a trouvé sa place en chirurgie au Centre hospitalier de l’ouest Guyanais (CHOG), un établissement qui a ouvert sa nouvelle structure, moderne et performante en matière d’offre de soins, en juillet 2018. Cécile en témoigne, elle apprécie sa vie professionnelle tout autant que sa vie personnelle. Si, comme elle, travailler en Guyane vous tente, cet article pourrait finir de vous convaincre et vous inciter à postuler !

Cet article est une publi-information du Centre hospitalier de l'Ouest Guyanais.

La Guyane… c’est loin, non ?

Travailler en Guyane ? Ce qui pourrait vous donner envie…

Le nouvel hôpital de l’ouest guyanais a ouvert ses portes en juillet 2018. Il est toujours en phase de recrutement infirmier.

La Guyane (Lagwiyann ou Lagwiyàn en créole guyanais), parfois appelée Guyane française, est une région et un département français d'Outremer situé en Amérique du Sud. Le territoire compte 260 000 habitants répartis sur 22 communes. Différentes tribus peuplent la Guyane. Deux grands fleuves marquent les frontières de la Guyane, le Maroni à l’ouest et l’Oyapock à l’est. Le territoire est l’un des plus humides du globe et compose la troisième réserve d’eau du monde. L’aéroport international Félix Eboué, se trouve dans l’agglomération de Cayenne, capitale de la Guyane française.

La distance à vol d'oiseau entre la Guyane française et Paris est de 7 231 kilomètres...

Une nouvelle structure pour optimiser la dynamique de soins

Initiée en 2014, la construction du nouveau Centre Hospitalier de l'Ouest Guyanais (CHOG) à Saint-Laurent-du-Maroni, à 200 km du centre médico-chirurgical de Kourou et à 260 Km du centre hospitalier de Cayenne, s'est achevée en juillet 2018. L’établissement, déployé sur 24 000 m², est ainsi passé de 219 à 361 lits et places. Il est aujourd’hui constitué de quatre grands pôles : femme-mère-enfant (avec une maternité de niveau II B), santé mentale, médecine et chirurgie (cinq blocs opératoires) et médico-technique (laboratoires, stérilisation, imagerie). Un centre de dialyse de 16 postes et un centre de chimiothérapie ont ouvert en janvier dernier, ce qui permet aux usagers de réduire les déplacements vers le centre hospitalier de Cayenne, l’hôpital de référence. Le CHOG permet également les soins critiques (unité de surveillance continue et soins intensifs post-opératoires) pour sécuriser et développer les prises en charge intermédiaires. De même, afin de renforcer la filière, les prises en charge de la psychiatrie d’urgence, de crise, de liaison et extra-hospitalières sont désormais optimisées. Le plateau d'imagerie comprend un appareil d'IRM et la mise en place d'un dossier partagé avec le centre hospitalier de Cayenne et la Martinique facilite les échanges, notamment en neurologie. Le développement de la télémédecine est également à l’ordre du jour.

Le Centre Hospitalier de l'Ouest Guyanais (CHOG), nouvelle structure ouverte en juillet 2018, recrute des infirmiers (bloc opératoire, chirurgie, pédiatrie…) A vous d’imaginer le dépaysement !

Cécile, infirmière depuis 6 ans au CHOG, nous raconte…

Cécile a été diplômée en juillet 2012 à Mont-de-Marson, dans les Landes. Montoise d’origine, certes attachée à ma région, je me suis toujours dit que quitte à migrer ailleurs pour travailler, autant que cela soit loin ! J'avais le goût de la nouveauté et du voyage et d’ailleurs, durant ma 3e année d’étude, j’avais effectué un stage humanitaire au Sénégal avec deux de mes amis de promotion. Une expérience qui m’avait vraiment ouvert l’esprit ! Lors d’un stage, alors qu’elle est bientôt diplômée, Cécile discute avec une infirmière qui lui parle de la Guyane et de Kourou où elle avait vécu trois années durant. Elle parlait de cet endroit avec des étoiles dans les yeux et cela m’a donné envie. Du coup, je fais mes premiers courriers de demande de poste à tous les établissements de santé guyanais, mais aucune réponse favorable ne m’arrive. Une fois diplômée, de juillet 2012 à janvier 2013, elle travaille au centre hospitalier de Mont-de-Marsan, en poste de nuit. A l’époque, peu de possibilités de choix et de services lui sont données. J’avais vraiment envie de voir du pays et de tenter l’expérience guyanaise. J’ai donc renouvelé mes demandes en début d’année et le centre hospitalier de l’ouest guyanais m’a contacté. Deux mois plus tard, j’étais en poste ! Le personnel de l’hôpital a été particulièrement accueillant et je me suis sentie immédiatement la bienvenue. Cécile débute en équipe de pool de remplacement mais, très vite, elle obtient un poste en chirurgie. Cela fait maintenant 6 ans qu’elle y exerce.

Nous travaillons sur des roulements de 7h30 en journée (6h40/14h10 et 13h50/21h20) et 10h la nuit(21h/07h). L’hôpital est neuf, moderne, c’est un très bel outil de travail, à taille humaine. J’étais cependant très attachée à l’ancienne structure dans laquelle j’avais mes habitudes et qui avait vu naître mes enfants. Déménager, reprendre ses marques demande toujours de l’adaptation mais on sait que les infirmières n’en manquent pas ! Le CHOG est le seul établissement de l'ouest Guyanais, il bénéficie donc d'une grande diversité culturelle et linguistique, ce qui est source de richesse pour les professionnels. Nous pratiquons de la chirurgie générale et il faut faire preuve d'une grande adaptabilité car nous sommes amenés à faire du viscéral, de la traumatologie, de l'ophtalmologie et de l’ORL et pour des enfants de tout âges ! Le fait de ne pas tout avoir à disposition immédiatement comme en métropole nous oblige à réfléchir (en équipe ) davantage sur le meilleur moyen de faire. Je trouve cela très stimulant et très formateur.

Cette infirmière me parlait de la Guyane avec des étoiles dans les yeux et cela m’a donné envie. Du coup, je fais mes premiers courriers de demande de poste à tous les établissements de santé guyanais !

Comme l’explique Cécile, l'adaptation à la vie locale a été facile pour elle. Saint-Laurent-du-Maroni est une petite ville. Les gens sont très accueillants, souriants, ouverts et l’entraide est ici naturelle. De nombreuses activités sportives ou culturelles sont possibles, ce qui permet un bon équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Vous souhaitez un conseil d’ami : n’écoutez pas tout ce qui peux se dire sur la Guyane, le mieux c'est de venir sur place la découvrir ! Je me souviens de mon arrivée, la cadre de santé qui m’avait reçue m’avait dit ceci : "vous verrez, la Guyane soit on adore et on reste très longtemps, soit on déteste et on repart très vite". C'est tout à fait ça ! Cela fait 6 ans que je suis en Guyane !

Si comme Cécile vous avez envie d'ailleurs, cet article est pour vous…  A vous de voir !

Retrouvez les annonces de recrutement du Centre hospitalier de l'Ouest Guyanais sur emploisoignant.com

Centre hospitalier de l’Ouest Guyanais1465, Boulevard de la LibertéB.P 245 Saint-Laurent-du-Maroni97393 Guyane Française secdirsoins@ch-ouestguyane.fr

Retour au sommaire du dossier Conseils emploi

Commentaires (0)