COURS IFSI

Cours IFSI - L’importance de la relation soignant/soigné dans l’éducation thérapeutique

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

"Self-care" où le fait de savoir comment prendre soin de soi. L’auto-soin est particulièrement important dans le cadre de pathologies chroniques où le patient doit bien connaître sa maladie et les ressources à déployer pour vivre au mieux avec elle. Dans ce nouveau cours, Christine Paillard nous explique le concept d’auto-soin et le rôle prépondérant du soignant dans l’éducation thérapeutique.

L’auto-soin comporte une dimension intrinsèque. Il reste déterminé par les comportements et les compétences des différents acteurs (soignants-soignés).

Défini par l’OMS comme une prise de décision que le patient prend avec l’intention de modifier l’effet de la maladie sur sa santé l’auto-soin est une approche holistique de la relation soignant-soigné. Ce concept peut être traduit de l’anglais self-care (soin que l’on prodigue à soi). Celui-ci est présent dans la littérature scientifique des Sciences Sociales à partir des années 70 (Levin, Katz and Host, 1976), puis dans les sciences infirmières (années 80 et 90) pour évoquer la volonté d’agir des patients atteints, par exemple, de maladies chroniques. Nous ne parlons pas d’automédication mais de prendre en compte l’individu autonome et acteur de son parcours de soins… Mais qu’entend-t-on exactement par auto-soin ?

Pour Dorothea Orem (1987), l’auto-soin est une production d’actions orientées vers soi ou son environnement, en vue d’assurer la régulation de son processus fonctionnel dans l’intérêt de sa vie et de son bien-être. Cette théorie, peu connue, caractérise la relation existant entre les actions délibérées d’auto-soin des individus appartenant aux divers groupes sociaux afin d’assurer leur propre développement fonctionnel. Il s’agit tout d’abord d’un processus soignant marquant les enjeux des personnes soignées à être autonomes. Cette relation éducative se caractérise, par exemple, par l’entretien infirmier où l’on reconnaît des composantes essentielles à la relation d’aide (Hetu, J.L. 1998). C’est-à-dire que l’éducation thérapeutique réalisée par le soignant prend en compte les limites de la relation entre le patient et le professionnel de santé avec une gestion de temps et des affects. Il se doit de comprendre les défaillances intimede la personne qui restreint son autonomie en limitant sa capacité à répondre aux exigences ordinaires du cadre social commun. La relation induite par le soignant est avant tout éducative, momentanée et relève du champ psychosocial. Cette perspective humaine favorise l’émergence des éléments contributifs aux changements décidés par les personnes soignées.

Le concept d’auto-soins se réfère à une activité initiée, de façon consciente et suite à un apprentissage, qui est appropriée à la situation et centrée sur un objectif. Education thérapeutique : le patient doit savoir mais aussi vouloir Pour les auteurs de l’article intitulé «  Une analyse évolutionniste du concept d’auto-soins » : le concept d’auto-soins se réfère à une activité initiée, de façon...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)