COURS IFSI

Cours IFSI : la manipulation, ou l'art d'agir sur les intérêts et les affects

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

En cette fin d'année, la lexicographe Christine Paillard autopsie un terme tout aussi violent que l'actualité sanitaire que nous avons traversée en 2020. Manipulation - puisqu'il s'agit de lui, pourrait trouver sa place dans la nouvelle édition du Dictionnaire des concepts en soins infirmiers, à paraître en 2021. Omniprésent, le pervers, le manipulateur, occupe l'espace privé et professionnel en toute discrétion mais avec un pouvoir de nuisance considérable. Comment, alors, le démasquer, et surtout comment s'en prémunir ? Confiance en soi, sortie de l'exclusion et bienveillance pourraient bien être le trio gagnant.

Christine Paillard, ingénieur pédagogique, propose d'analyser un mot, son étymologie et démontre son importance dans le domaine du soin ; un mot figurant dans son Dictionnaire des concepts en sciences infirmières - Vocabulaire professionnel de la relation soignant-soigné. Elle nous parle cette fois-ci de la manipulation.

Le manipulateur compte sur le temps pour fatiguer sa proie. L’usure est sa vertu. Il se livrera à une bataille sans scrupule pour rabaisser l’autre.

En 2021 naîtra la 5e édition du Dictionnaire des concepts en soins infirmiers. Y figurera un article de Florence Ambrosino sur les IPA (infirmières en pratique avancée). S’y trouvera aussi le Complexe infirmier, rédigé par Michel Nadot. D’autres entrées, difficiles mais nécessaires, sont consacrées à la perversion, l’abus sexuel, les violences faites aux enfants… Ne le nions pas, la perversité est présente, partout, et les soignants ont parfois un rôle stratégique à jouer. Oui, le manipulateur est là, dans le monde d’avant, dans celui d'aujourd’hui et de demain. La manipulation est l’une des formes d’expression de la perversité. Elle souffle comme le vent sous la porte, glaçant notre corps sidéré. Que faire alors ?


La manipulation est de nature psychologique, morale. Elle consiste en une manœuvre par laquelle un individu ou un groupe influence à son insu d’autres individus. Jugé péjoratif, le terme manipulation est naturellement associé au mensonge, au fait de mal agir, mal faire, et duper le monde tout en le séduisant. Ce terme n’est pas réservé aux pervers narcissiques, loin de là. Aucune étude ne détermine le nombre de manipulateurs dans le monde, mais nous sommes tous conduits à manipuler par intérêt personnel dans notre vie. Influencer une autre personne pour arriver à ses fins est même assez banal. Nous sommes des êtres stratégiques, et parfois, nous influençons notre environnement. Cela peut faire partie de nos moindres défauts.

Le manipulateur se présentera sous son meilleur jour, aura une présence langagière franche et convaincante mais se comportera lâchement, sournoisement, contre sa victime préférée. Il lui en faut une.

Des prédateurs experts

Quand des techniques se mettent en place pour utiliser la manipulation afin de manager, c’est-à-dire conduire avec l’intention de manipuler et de se positionner contre les intérêts d’autrui pour en faire les siens, nous rentrons dans une nouvelle dimension psychologiue. Ce n’est plus anodin. Pour Dominique Friard1, les techniques manipulatoires s’appuient sur nos besoins fondamentaux : le besoin d’appartenance, qui implique une recherche de la conformité à tout prix ; besoin de cohérence, qui pousse à aller au bout de ce qui a été commencé, soumission naturelle à l’autorité, principe de réciprocité, recherche de la sécurité…. Les manipulateurs sont motivés par le pouvoir qu’ils exercent. Sur les plus faibles, les moins armés.  Ils harcèlent les victimes, sans se lasser. C’est insidieux, mais pour eux, c’est vertueux. Manipuler revient à interagir de façon calculée pour jouer sur les affects d’autres personnes2. Déstabiliser, faire peur, faire baisser l’estime de soi, douter des compétences… Voici quelques enjeux émotionnels et sociaux utilisés par des prédateurs experts en la matière. En effet, le manipulateur a développé des compétences en jouant sur les émotions. Il convient de ne pas le sous-estimer. Il se présentera sous son meilleur jour, aura une présence langagière franche et convaincante mais se comportera lâchement, sournoisement, contre sa victime préférée. Il lui en faut une. C’est ainsi que le manipulateur professionnel puise sa force, dans les points faibles des autres. Le danger, c’est qu’il aura l’art de se faire passer pour la victime, niant toute action dénoncée. Nous sommes face à un pervers narcissique manipulateur, toxique.

Les conséquences physiologiques et psychiques du stress sont particulièrement dures dans les métiers qui conjuguent de fortes contraintes et une faible marge de manœuvre. 

Une humiliation indûment endossée

Nous les rencontrons dans toutes nos sphères sociales, chez nous, à l’hôpital, au travail. Comme le souligne Alexandra Granjour3, dans les structures d’accueil comme dans tout milieu professionnel ou familial peuvent exister des personnes à comportement pervers narcissique. Par la répétition de manipulations malveillantes et culpabilisatrices, elles peuvent provoquer une véritable souffrance chez une personne, adulte ou enfant, et dans une équipe entière. Ces agissements induisent une fatigue morale, du stress, en plus de la honte, du sentiment de culpabilité et de l’humiliation indûment endossée. Les victimes stressées se demandent en effet ce qu’elles ont fait pour le subir. Pour reprendre les propos de Marc Loriol4, les conséquences physiologiques et psychiques du stress sont particulièrement dures dans les métiers qui conjuguent de fortes contraintes et une faible marge de manœuvre. Dans le contexte économique actuel, la reconnaissance des facteurs de stress, comme la manipulation du pervers narcissique, peut conduire à une forme aggravée de la dépression ou au Burn out. Dans quelle mesure celle-ci peut-elle être prise en charge ? Quoiqu’il en soit, il y a des blessures qui seront ancrées dans la vulnérabilité des individus. Pour les proches, les collègues, ce sera l’heure des relations interpersonnelles. Pour Walter Hesbeen, plus la personne est affaiblie par sa situation, plus la relation que nous entretenons avec elle requiert qu’une attention plus grande lui soit portée, qu’une sensibilité encore plus juste lui soit exprimée, qu’une prévenance encore plus prégnante lui soit adressée, qu’une délicatesse encore plus marquée imprègne les manières d’être, de faire et de dire dans ce que nous mettons en œuvre pour l’aider à vivre ce qu’elle a à vivre5.

Les pervers narcissiques n’ont de cesse de vouloir formater les autres, les conditionner en tant que leur objet, leur chose. On les retrouve chez les gourous, les chefs de groupuscules extrémistes, les délinquants économiques, les escrocs, les meurtriers ou les délinquants sexuels

Eviter à tout prix l’exclusion

L’impact de la manipulation agit sur un individu, un groupe, mais aussi dans la chaîne humaine à laquelle est raccordée la souffrance. Que peut-on faire contre ces pervers narcissiques qui manipulent les autres avec tant d’agilité ? D’après Paul-Claude Racamier6, le pervers narcissique relève d’un concept psychanalytique. Il associe deux entités pathologiques distinctes : le narcissisme, qui est l’intérêt excessif pour soi, et la perversion, qui consiste à utiliser l’autre à ses propres fins. Pour Alberto Eiguer6, « les pervers narcissiques n’ont de cesse de vouloir formater les autres, les conditionner en tant que leur objet, leur chose. On les retrouve chez les gourous, les chefs de groupuscules extrémistes, les délinquants économiques, les escrocs, les meurtriers ou les délinquants sexuels ». Des mécanismes de défense permettent aux victimes de déjouer les pièges de la manipulation. Dans certains cas, ce sera l’évitement, d’autre fois, et pourquoi pas, le mensonge. Témoigner, en parler, consulter permet de prendre de la distance, de ne pas rester isolé. Certains sont convaincus qu’il ne faut pas rentrer dans le jeu de la culpabilité7, et sortir d’un scénario enfermant en allant à l’extérieur chercher de l’aide, une écoute, des lois, des repères pour se reconstruire. Avoir une bonne estime de soi, être confiant en ses valeurs permet de déjouer les pièges. L’idée est de sortir d’une influence malsaine, dangereuse. Éviter à tout prix l’exclusion. Encore faut-il trouver de la force, du courage et trouver une écoute bienveillante auprès des collègues pour dénoncer de telles pratiques parfois admises par certains décideurs, chefs de service, directeurs. Quand le système est organisé autour de pratiques relationnelles malsaines, quel avenir pouvons-nous proposer aux victimes ?

Notes

    1. FRIARD, Dominique. Autonomie et transmission. Soins Cadres. Vol. 19, n°76, novembre 2010. pp. 12-13.
    2. BRETON, P. La parole manipulée. Paris : La découverte. 1997.
    3. Les manipulations du pervers narcissique dans le milieu de la petite enfance.Granjou, Alexandra; Prud’homme, Sylvie; Rose Houant, Marie;Métiers De La Petite Enfance, 2015-08-01, Volume 21, Issue 224-225, 8-11.
    4. Comprendre les risques psychosociaux complexes, multiformes et multifactoriels. Loriol, Marc; Soins Psychiatrie, 2018-09-01, Volume 39, Issue 318, 20-23, 2018.
    5. Vigilance soignante - Humanisme soignant et soins infirmiers - Un art du singulier.Hesbeen, Walter;Humanisme soignant et soins infirmiers - Un art du singulier, 5, 89-102.
    6. OLANO, Marc.Pervers narcissiques : de purs manipulateurs ? Sciences Humaines. n° 287. décembre 2016. pp.32-33.
    7. Quand le piège se referme. L., Anne;Soins Psychiatrie, 2018-03-01, Volume 39, Issue 315, 32-37, 2018.

Lexicographe
christinepaillard@gmail.com

L'auteur

Christine Paillard est docteure en sciences du langage, diplômée en ingénierie pédagogique et titulaire d'une licence en information et communication. Ingénieure documentaire, elle accompagne les étudiants infirmiers à l'acquisition de compétences informationnelles pour remobiliser une démarche documentaire dans une logique professionnelle et universitaire.

Les ouvrages déjà parus

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (0)