COURS IFSI

Théorie : la pose de voie veineuse périphérique

La pose de voie veineuse périphérique est l’un des gestes symboliques de la profession infirmière. Elle fait partie des techniques parfois génératrices d’angoisse chez les soignants et les étudiants qui doivent apprendre à la maîtriser. Comme tous les gestes, elle nécessite des connaissances et une certaine pratique.

La pose de voie veineuse périphérique : connaissances théoriques

Législation

La pose de voie veineuse périphérique (VVP) et son ablation se réalisent sur prescription médicale, même si c’est la surveillance infirmière qui en a posé les indications (signes infectieux, inefficacité, diffusion…). Sa surveillance relève du rôle propre infirmier et repose ainsi sur les seules initiatives du soignant.

« Article R. 4311-5 : dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier ou l'infirmière accomplit les actes ou dispense les soins suivants visant à identifier les risques et à assurer le confort et la sécurité de la personne et de son environnement et comprenant son information et celle de son entourage […] 35. Surveillance des cathéters, sondes et drains.»« Article R. 4311-7 : L'infirmier ou l'infirmière est habilité à pratiquer les actes suivants soit en application d'une prescription médicale...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (6)

Dop@mine

Avatar de l'utilisateur

61 commentaires

#6

Ce risque existe

Oui il existe et cela nécessite ensuite au mieux un acte de radiologie interventionnelle pour tenter de récupérer le corps étranger.

C'est effectivement dans un contexte d'administration sous pression positive que cela risque le plus d'arriver. Soit poche à pression soit un système de transfusion à grande vitesse type galets tournants.

Pti_MikOu

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#5

Migration du cathéter

"et ainsi d’éviter de provoquer le détachement du cathéter et sa migration dans le système veineux du patient"

Je n'avais jamais entendu parler de cela. Est ce un vrai risque ? dans quel contexte ? utilisation de poche de contre-pression ou blood pompe j'imagine ?

Merci d'avance de votre réponse ;)

sacha2008

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#4

Merci

Merci beaucoup pour cet article très complet!

marmar6363

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#3

Merci

Merci pour ce topo très pratique!

Dop@mine

Avatar de l'utilisateur

61 commentaires

#2

Ce n'est pas un protocole

Il n'y a pas de description précise de ces éléments satellites dans la mesure ou il ne s'agit pas d'un protocole. Dans le même esprit, il aurait fallu détailler le mode opératoire pour l'antispesie.

Ceci dit, il est possible de parler de l'existence de KT protégés, mais cela ne change absolument rien au fond des techniques. A l'exception peut être de ceux qui se rétractent qui sont un peu plus spécifiques.

Merci d'avoir pris le temps de laisser une remarque :)

Cordialement

marie-grzybowski

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

et le risque AES ?

Bonjour,

Cet article est complet
mais il manque tout le volet du matériel de protection contre le risque d'accident d'exposition aux produits d'origine humaine, comme les cathéters de sécurité, la boite à objets piquant coupant tranchant à proximité du lieu du soin ref : "Prévention des infections liées aux cathéters veineux périphériques " HAS/SF2H 2005.
De plus les images présentés ne montrent que des cathéters non protégés!!
on sait qu'aujourd'hui le nombre d'AES chez les soignants n'a pas tendance à diminuer au contraire.
Faisons attention à nous, prenons soins aussi de nous.