ESI

« J’ai 52 ans et je n’ai pas mon Diplôme d'État »

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

Sur le forum d'Infirmiers.com, Chris54, 52 ans, a souhaité réagir au billet « Violence ordinaire » publié par Anne et partager avec la communauté les maltraitances subies lors de sa formation d'infirmière.

la violence durant la formation une réalité

La violence durant la formation, une réalité, même lorsqu'on a 52 ans.

J’ai été très émue par le témoignage d’Anne sur son blog, particulièrement troublée par les similitudes entre son histoire et la mienne, à quelques détails près. J’ai 52 ans et je n’ai pas obtenu mon diplôme…

En 2011, je suis licenciée d’un grand laboratoire français, injustement. Dans le cadre d’une restructuration, j’étais prioritaire sur toutes les personnes de mon équipe de par ma situation familiale ; j’ai 2 enfants. Mais en raison de mes bons résultats, une collègue a postulé sur mon secteur et a obtenu mon poste grâce à son statut de déléguée du personnel. Une grosse épreuve que j’ai surmonté grâce à mes amies.

Jeunette, mon rêve était de devenir infirmière, mais le destin en a décidé autrement : ma mère est décédée au CHU suite à une négligence du personnel. Il m’a été très difficile de franchir les portes d’un hôpital pendant de nombreuses années.33 ans ont passé, et, un matin, il m’apparaît comme une évidence que ce licenciement est un signe et que je dois enfin réaliser mon rêve. Je passe le concours d’entrée en Institut de...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (12)

moufouna

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#12

en 2eme année d'ifsi, 47 ans

il y a 2 ans j'en étais au même stade.je suivais mon parcours de stage et me suis retrouvée en "courte durée" en chir. j'ai très mal vécu le mépris et n'ai pu faire face. un conseil pédagogique me proposant de reprendre en 2015, me revoilà a gérer les mêmes difficultés dans le même service, dans un autre établissement, certes. Je rencontre la directrice de l'ifsi pour lui faire part de mes difficultés, et j'apprends qu'elle à changé mon parcours de stage et au lieu d'aller en SSR au 4eme semestre,, ce qui me rassurait, je retourne en "courte durée". Je ressent cela comme un encouragement à arrêter.me mettre des battons dans les roue....qu'en pensez-vous? aidez moi

Allo?_pital_?

Avatar de l'utilisateur

58 commentaires

#11

Tout n'est pas blanc ou noir...

Pour ma part je suis diplômé depuis 13 ans et j'ai l'impression d'avoir vu défiler des centaines d'étudiants. Je suis toujours très volontaire pour encadrer, pour moi c'est 50% IDE et 50 % Etudiants...

Certaines IDE dans les équipes ne sont pas tendre... et c'est souvent (aussi) des jeunes diplômées... les mentalités ont beaucoup changées. Le "Chacun pour soi" a pris le dessus. On veux arriver à l'heure et partir à l'heure... et que l'on nous demande rien entre les deux... Où va-t-on comme Ça ?
Beaucoup de mes collègues ont comme priorité les pauses "clopes" et les pauses "facebook" à toute heure de la journée sur leur portable... ça me révulse... des étudiants aussi le font...
Un étudiant ça prend du temps et de l'énergie, il faut un retour de sa part aussi. Sans compter que l'on est garant qu'il va faire de mal a personne... . Certaines IDE vivent ça comme un boulet... c'est une question de mentalités. Il y a aussi des étudiants qui manque cruellement de ponctualité, de politesse et d'éducation... s'en être un "dragon" (je pense), ça m'arrive régulièrement de les reprendre. Il y a aussi des étudiants en grande difficultés qui sont motivés mais ont eu un cursus pourri, ceux là je peux aider. ll y en a d'autre qui attendent que l'on imprime une démanche de soins toute faite et font peu d’efforts, ne font aucune recherche (vidal, protocoles, anatomie, etc...) et me suivent passif... ça c'est plus dur... je n'ai pas l’énergie de les tirer toute la journée...

Il ne faut pas être manichéen, il y a des boulets des deux cotés. L'hôpital est sous très haute tension, comme la société en général. C'est facile pour personne. Il faudrait déjà revenir aux fondamentaux d'éducation et de respect des autres... ça serait un bon début.

Tythy

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#10

discrimination violence harcellement

Bonjour moi je le vis encore dans mon école et dans les lieux des stages.
Je précises pas tous certains lieux de stage s'intéressent juste à l'étudiant et ne regarde ni ta couleur de peau ni ce que tu faisais avant ni de ton âge.
moi je souhaite écrire un livre sur ces violences, dénoncer car je pense qu'il faut faire quelques choses.
Certaines infirmières, Formateur des Ifsi, cadre de service, jouent avec l'avenir des autres, détruisent la vie des autres tout simplement parce que la tête de l'étudiant ne te plaît pas, pour être ESI il faut avoir 20ans, de race blanche pas maigre ni ronde, être hypocrite si tu réunis pas les conditions halas tu ne peux pas être IDE
Si tu publies une scène de violences dans les forums IDE/ IDE cadre, tu liras l'étudiant est responsable de sa formation l'étudiant est .... mais la réalité est là on la vit moi je la vis, les autres la vivent.
J’espère Obtenir mon DE dans quelques années et si malgré tout je l'ai pas je pense que j'ai tout donné pour l'avoir mais comme me l'a dit mon époux, ma mère et certains ESI " on peut pas lutter contre plus fort que soit" je ne déprimerai plus comme je l'ai fait en septembre 2014

chris54

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#9

rol35

Tu as raison, nous avons eu le tort d'idéaliser cette profession, la déception y est plus grande...comme toi, je m'en veux d'avoir déçu tous ceux qui m'ont dit "t'es courageuse, je t'admire" d'avoir déçu mes fils: je me suis imaginée mille fois à la remise de diplôme devant eux avec mon chapeau de lauréat....je te comprends. courage, on aura notre revanche !

rol35

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#8

"racisme" des ESI en reconversion

Je vis une fin de cursus éprouvante. 2 stages m'ont fait comprendre combien avoir 48 ans est un inconvénient dans le milieu hospitalier. Comme Chris54, j'ai vécu des moments illusoires lors de mon entrée en IFSI quant à l'humanité d'un métier dont je rêvais, quelle bêtise ! Le monde des IDEs n'est pas celui que j'imaginais, sans doute trop d'illusions. J'ai rencontré des personnes jalouses, méchantes, qui ont fait circuler des rumeurs, et qui m'ont presque anéantie. L'IFSI dont je dépends m'a laissé tombé, c'est mieux pour les pourcentages de réussite de faire une sélection avant le DE, (alors que toutes les UE sont validées). Délit de faciès, je dis oui, enfin quel échec vis à vis de mes enfants à qui j'ai toujours dit de se battre... Je n'en ai plus la force et je jette l'éponge.

vevert

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#7

re-stage

j'ai connu aussi, dernier stage d'as à 55 ans, mais bon j'ai ouvert ma bouche, j'ai pas voulu me laisser faire...mal m'en a pris. convoqué à la fin de la semaine par la cadre du service: reproches etc...j'ai pas cédé,elle m'ont massacrées au niveau de la feuille de stage, mais comme j'avais des super notes sur les autres stages c'est passé, j'ai eu mon de, mais quel horreur, je partais bosser à reculons, personne du service ne m'adressait la parole Et pas une pour rattraper l'autre. J'ai toujours pas compris comment on peut etre aussi lourdingue

Seringue 53

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#6

Nous ne sommes pas seul dans ce cas

En lisant ton texte je m'aperçois que je ne suis pas seul à avoir subi les mêmes brimades. Comme toi je ne suis pas diplômé IDE car une personne en a décidé autrement de ma vie, sous le prétexte qu'elle préfère former "les jeunes", j'ai 45 ans. Les reproches ont été sévère tels que, je site : " Un reccadrement a été nécessaire, Trop sur de lui, contacte trop facile avec les patients..." J'en passe et des meilleurs. Qui sont-elles ces tutrices, ces simples IDE, pour pourrir l’existence, détruire une formation ? Avec leurs "fais ce que je dis mais pas ce que je fais..." ?? Certes ! tous les stagiaires ne sont pas clean, delà à se demander ce que certains viennent faire dans la formation ? Mais delà à détruire moralement une personne sous prétexte d'être "diplômée sous l'ancien texte" ? Ah oui, j'oublie qu'en plus elles n'y comprennent rien au nouveau système... Refus de remplir le porte folio : "Je n'y comprends rien à ce mer...., c'était mieux avant" , ou encore des rapports de stages fait dans le dos de l'étudiant(e) pour couvrir l'erreur de la soit disant pro... Quel monde ingrat...! Heureusement elles ne sont pas toutes comme cela, une minorité comme d'hab, des frustrées de la vie que se prennent pour des reines, et qui en font baver leurs propres collègues... et ternissent la formation de A à Z. Mais bon que dire ? Elles ne seront certainement pas dans les futures suppressions de postes que va faire le gouvernement. Ce seront encore les mieux qui seront dans la charrette. Allez ! je me console par la qualité de mes relations patients/familles et je suis fière de faire mon simple travail d'AS qui, à mes yeux a tout autan de valeur voir sinon plus...

lau51

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#5

Courage et courage

je constate encore en lisant qu'il y a des infirmières et infirmiers qui continuent de pourrir l'existence d'étudiants et étudiantes en stage. Je pense tres franchement que si toutes ces personnes déposer une plainte à la police pour harcèlement morale ils finiraient bien par être demasqué. Le problèmes des IFSI c'est qu'ils sont cul et chemise avec les hôpitaux donc pas la peine d'aller voir l'école, franchement allé déposer plainte !!!!!

chris54

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#4

kty17

Merci pour tes encouragement.Mon IFSI me refuse un stage de rattrapage et ne m'accorde qu'une suspension de scolarité pour un DE en 2016. Je suis en fin de droit et je ne peux, financièrement attendre 1 an.
J'ai réalisé mon mémoire sur les difficultés des élèves infirmières en reconversion professionnelle....j'ai eu 16,5...tu as raison , mon âge y est, je crois, pour beaucoup dans mon échec.

kty17

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

Bon courage!

Ton âge explique peut être ce genre de comportement. J'ai le même âge que toi et je suis diplômée depuis 30 ans mais quand je suis arrivée dans un nouvel hôpital, nouveau service après 20 de consultations, je me suis retrouvée comme une élève à devoir réapprendre certains soins que je ne faisais plus depuis des années. Le matériel a considérablement évolué, le dossier patient est maintenant informatisé...et j'en passe. Les jeunes diplômée sont sans pitié avec nous qui avons pourtant l'âge d' être leur mère! Heureusement, j'étais diplômée et après quelques semaines de ballottements, je suis arrivée à m'imposer comme collègue à part entière!
Si c'est ta vocation, ne peux tu pas retenter un ultime stage de rattrapage dans un autre service??
Bon courage et bonne chance!

INFPREV

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Harcelement

Cela s'appelle du harcèlement moral et tu aurai du porter plainte, tu en avais le droit!

carolinette33

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

quelle honte !

sans parler de la maltraitance en ifas j'ai vécue la même chose, version 33ans est ce par ce que je suis ronde ? ou je ne sais quelle autre délit de faciès ?
je ne sais pas !

j'étais pourtant tout à fait dans l'humanitude et l'exactitude des gestes. elles m'ont poussées à bout et au final même résultat que cette femme ... pourquoi anéantir des vocations ? as t'on suffisamment d'AS et d'IDE pour se permettre de traiter comme des moins que rien des femmes en désir de reconversion pour un métier passion ?

au profit de quelles genre d'autres "professionnels" ?