ESI

Une association défend les droits des ESI en souffrance

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

Depuis le livre du Dr Valérie Auslender, qui n'est qu'une conséquence d'autres enquêtes sur le mal être des étudiants en soins infirmiers, la maltraitance des étudiants de santé ne peut plus être ignorée. Les étudiants commencent à s'organiser et à résister. Le 29 juin 2014, un groupe d'étudiants en soins infirmiers victimes d'abus de pouvoir et de maltraitances, a fondé l'association ADDESI : Association de Défense des Droits des Etudiants en Soins Infirmiers.

étudiant en soins infirmiers souffrance tristesse

L'ADDESI vient en aide aux étudiants en soins infirmiers en souffrance.

ADDESI a pour raisons sociales :

  • le soutien juridique et psychologique aux étudiants infirmiers en conflit avec leur Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) ;
  • la reconnaissance par les pouvoirs publics et l'opinion publique de la maltraitance des étudiants en soins infirmiers durant leurs études ;
  • être une force de propositions pour une formation plus respectueuse des droits des étudiants.

Un soutien psychologique et une aide juridiqueActuellement, l'activité de l'association se résume à recueillir les plaintes des étudiants et les soutenir moralement, et à les accompagner dans les procédures juridiques. Les étudiants en détresse recherchent de l'aide sur internet et avec des mots clés judicieusement choisis, ils finissent par trouver notre site internet : addesi.fr. Le premier contact se fait par mail puis nous convenons d'un entretien téléphonique. C'est lors de ce premier entretien, souvent...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (3)

_Arnaud_

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#3

Je lève l'incompréhension

ADDESI n'était pas encore en activité quand Mme Auslender a débuté la rédaction de son livre. Néanmoins un contact a eu lieu. Et des membres d'ADDESI ont fourni leurs témoignages au médecin. Tout récemment dans un interview, Mme Auslender a évoqué le nom d'ADDESI (http://www.letudiant.fr/etudes/medecine-sante/maltraitance-des-etudiants-en-sante-les-conseils-de-valerie-auslender-pour-lutter.html)

La FNESI est à l'origine de la création d'ADDESI puisque les étudiants fondateurs de l'association se sont retrouvés sur le forum de la FNESI. De plus en plus d'étudiants utilisaient ce forum pour demander de l'aide. Et c'est là que nous avons commencé à recevoir de plus en plus de messages privés. Ensuite, la FNESI a fermé définitivement le forum pour "problèmes techniques". Devant le volume et l'intensité de la détresse des ESI, et l'absence de réponses de la FNESI, un petit groupe d'étudiants a créé l'association.

ADDESI reçoit en moyenne en 2 et 3 appels par semaine. Et sur au moins la moitié des appels, les étudiants déclarent avoir contacté la FNESI et n'avoir trouvé aucune aide.

Par ailleurs, il n'y a qu'à visiter le site de la FNESI pour voir qu'il n'y a aucune réponse face à cette détresse. Le terme même de "maltraitance" est tabou. La FNESI préfère parler de mal-être étudiant, voire de bien-être.

Après à ADDESI, nous comprenons que la FNESI ne soit pas capable d’appréhender le problème. La réalité dépasse la fiction. Il faut avoir vécu une situation de harcélement ou en avoir été témoin pour bien mesurer l'horreur de la situation. Nous regrettons que la FNESI refuse d'admettre son incapacité à gérer la situation et à attaquer la seule association à prendre le problème à bras le corps sans tabou.

Il ne faut pas oublier que le coupable de ces maltraitances est le corps de l'administration publique hospitalière. C'est un dragon. Il faudra des dizaines d'années de combat associatif pour rééquilibrer les pouvoirs et faire cesser les violences.

le drole

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#2

Incompréhension

Dans votre article vous utilisez le livre omerta a l'hôpital pour promouvoir l'association addesi. Je m'interroge lors de la lecture de ce livre il est fait mention uniquement de la FNESI qui est je cite " l'unique organisation représentant les 90 000 esi en France, avec comme mission premiere de défendre les intérêts matériels er moraux des étudiants ".

J'aimerai donc en savoir plus sur le rôle de l'addesi ? Vous exposez également traiter 2 à 3 cas par semaine, ce qui fait environ 12 cas / mois qui une fois sur le site dit que la fnesi ne renvoie que vers des textes de loi.

Après mettre renseigné la FNESI en traite jusqu'à 60 et plus / mois.

Afin de comprendre qui fait quoi et sert à quoi. J'aimerai si possible un éclairage, car je trouve surprenant que ce livre s'appuie sur une fédération qui ne défend les étudiants qu'en s'appuyant sur des textes de lois et que l'addesi ne soit pas évoquer dans ce livre si cette association est représentative des ESI.

Merci de m'éclairer sur ce point que je ne comprends.

Allo?_pital_?

Avatar de l'utilisateur

57 commentaires

#1

Bon courage ! Il y a du boulot !!

C'est un plus grand progrès que ce numéro d'Appel que ce qu'il n'y parait... pour moi c'est pas les soignants ou la hiérarchie le problème... c'est la société qui est violente et cela prospère car nous baignons dans l'indifférence, la lâcheté et l'hypocrisie...

Cela n'est pas propre aux IFSI et aux Hôpitaux, à voir les suicides sur le lieu de travail dans divers entreprises et administrations publiques et privées.,

Beaucoup de baudruches se dégonflent très vite dés lors qu'il n'y a plus d'impunité. Racisme, sexisme, homophobie et discriminations en tout genre sont vite contenus dés qu'il y a un peu de courage et de solidarité entre les individus. Il faut stopper net dès le premier débordement et sanctionner ! Mais malheureusement c'est souvent au bon vouloir du plus gradé Bienveillant, Indifférent ou Malveillant...

Où sont les contres pouvoirs... ? Associations & corporations d'étudiants ? Syndicats ? Mouvements de solidarité spontané ? la médecine et l'inspection du Travail ? le CHSCT ? ...

Ils y a depuis toujours des lieux de stages, des individus et des services de soins connus pour leur spécialité à "briser" les étudiants, les nouveaux (brefs les plus facile à écraser)... d'ailleurs facilement identifiable car les soignants n'y reste pas à cause de la mauvaise l'ambiance, des accidents et arrêts maladie à répétition, les patients fuient à cause de la mauvaise prise en charge, les internes sont contraints par les chefs à "choisir" le service... Bref tout le monde sait !!