ESI

"Des droits gagnés ne doivent pas être déjà négligés !"

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

A l’heure où les étudiants en soins infirmiers doivent s'acquitter de la Contribution de Vie Etudiante et de Campus (CVEC) et que le Gouvernement réaffirme la volonté d’une intégration universitaire complète, celle-ci n’est toujours pas atteinte selon la Fédération Nationale des Etudiants en Soins Infirmiers (FNESI). Selon elle, un grand nombre d’étudiants se voient imposer le paiement de la CVEC alors qu’ils n’y sont pas assujettis, et les droits et services universitaires ne sont pas à portée des étudiants infirmiers sur tout le territoire.

étudiant en colère

La FNESI s'inquiète du fait que rien ne garantit le rembourssement de la CVEC aux étudiants en soins infirmiers de la rentrée de février 2018. Etudiants qui comme leurs homologues de la rentrée de septembre bénéficient de fait des mêmes droits.

Depuis la rentrée 2018, les étudiants en soins infirmiers sont censés bénéficier de l'ensemble des mesures en faveur de la vie étudiante telles que la baisse des droits d'inscription à l'université, la sécurité sociale gratuite et la mise en place de la contribution de vie étudiante et de campus (CVEC) permettant de renforcer les actions en terme de vie étudiante, de vie de campus et d'aide à la mobilité, comme le disait Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation le 5 juillet 2018. Dans les faits, c'est autre chose. Ce mercredi 24 octobre, la Fédération Nationale des Etudiants en Soins Infirmier (FNESI) nous fait savoir par voie de communiqué que les nouveaux droits acquis des étudiants en soins infirmiers ne sont pas toujours respectés : à l’heure où les étudiants en soins infirmiers doivent cotiser la CVEC et que le Gouvernement réaffirme la volonté d’une intégration universitaire complète, celle-ci n’est toujours pas atteinte.

La FNESI alerte notamment sur le fait que certains instituts et universités continuent d'exiger des étudiants en soins infirmiers le paiement de la CVEC pour les rentrées de février 2018 alors que la loi ne les y assujettis pas. La pression subie par ces nombreux étudiants était telle qu'ils se sont résolus à payer sous peine de se voir retirer le droit d'être inscrits à l'Université, privés par conséquent de leur plateforme de cours, des activités de e-learning ou encore du grade licence.

Pourtant, la note d'information interministérielle* stipule que la CVEC - dont le montant est fixé par la loi à 90 euros pour l'année universitaire 2018-2019 -, ne doit être exigée qu'auprès des étudiants s'inscrivant pour une année de scolarité donnée à compter de la rentrée universitaire 2018-2019 et ne concerne donc pas les étudiants pour les rentrées de février 2018. La note rappelle que les étudiants en formation continue, les étudiants boursiers et réfugiés ne peuvent se voir exiger le paiement de la CVEC. Elle stipule également que l'acquitement de la CVEC permet de finaliser l'inscription de l'étudiant en IFSI ainsi qu'à l'Université et de bénéficier des services de la vie étudiante et des droits sociaux dans les mêmes conditions que les autres étudiants des autres filières de cet établissement.

Les acteurs de terrain doivent cesser de freiner la concrétisation de ces nouveaux droits: il est de leur responsabilité de les faire appliquer !

La FNESI s'inquiète du fait que rien ne garantit le rembourssement de la CVEC aux étudiants de la rentrée de février 2018. Etudiants qui comme leurs homologues de la rentrée de septembre bénéficient de fait des mêmes droits. La FNESI l'affirme :nous ne pouvons accepter que ce chantage abusif persiste alors même que les limites ont été fixées par les Ministères. Une injustice qui reste sans solution malgré nos nombreuses requêtes.

Autre problématique soulignée par la FNESI : certains établissement refusent même d'inscrire administrativement les ESI. Quid de la notion d'égalité et des droits étudiants. La FNESI entend bien emprunter la voie du dialogue pour que ce genre de situation cesse et de rappeler : les acteurs de terrain doivent cesser de freiner la concrétisation de ces nouveaux droits: il est de leur responsabilité de les faire appliquer. La FNESI est bien décidée à se battre pour cela parce que des droits gagnés ne doivent pas être déjà négligés.

*Note d'information interministérielle n° DGOS/RH1/ DGESIP/2018/225 du 28 septembre 2018 relative à l’inscription des étudiants infirmiers dans les universités liées par convention à des instituts de formation en soins infirmiers.

Creative Commons License

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (0)