ESI

Formation infirmière : différences et similitudes à travers 14 pays francophones

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

Le Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l’espace francophone (SIDIIEF) a publié un rapport intitulé "L’état de la formation infirmière dans différents pays francophones – 2018". 14 pays (soit 41 % des pays membres du SIDIIEF) ont répondu à l’appel. Les données recueillies portent, d’une part, sur le cadre législatif de la profession dans les divers pays concernés et, d’autre part, sur la formation initiale, la formation post-diplôme ainsi que la formation des 2e et 3e cycles universitaires. On fait le point.

Formation infirmière : différences et similitudes à travers 14 pays francophones

"Des 14 pays qui ont répondu aux questions, seulement six (Burkina Faso, Cameroun, Canada-autres provinces et Québec, France, Liban et Roumanie) ont un ordre professionnel infirmier et l’adhésion des infirmières et infirmiers y est obligatoire".

Parmi les principaux constats, le rapport relève une tendance vers la formation universitaire des infirmières et des infirmiers dans tous les pays francophones qui incite à reconnaître l’importance de la concertation et des prises de position internationales. Le SIDIIEF rappelle ainsi l’importance de poursuivre les efforts stratégiques et de brosser un portrait de l’état de la formation de manière périodique et souligne que l’un des enjeux qui pourrait être examiné dans le futur serait le développement de la compétence numérique des infirmières et la préparation des enseignants au changement de paradigme dans la formation.

Vers une harmonisation du niveau de formation ?

D’autre part, l’évolution de la formation dans les pays qui ont un double niveau de formation initiale, une situation qui s’est ancrée avec le temps, serait à suivre, précise le rapport. Il pourrait être intéressant de croiser les situations semblables et de proposer des pistes communes d’évolution vers la formation universitaire, dans le respect de chacun des pays. En effet, il existe toujours deux niveaux différents (un universitaire et l’autre, non) de formation initiale dans trois des pays ayant répondu à l’enquête : la Belgique, le Canada-Québec et le Liban. Ce fait s’ajoute aux constats précédents qui indiquent le difficile passage de la formation de 1er cycle universitaire obligatoire pour toutes les infirmières de la francophonie, comme le recommandait le SIDIIEF dans son mémoire de 2011 : de statuer sur le niveau universitaire de bachelier/bachelor/licence en sciences infirmières comme condition d’entrée à la profession infirmière.

La formation en sciences infirmières au niveau universitaire reste limitée dans les pays francophones.

En second point, le rapport note un intérêt grandissant pour la pratique infirmière avancée qui se concrétise par un soutien des diverses instances, tant pour l’ouverture de programmes de maîtrise/master que pour la législation et la reconnaissance des diplômées de ces programmes. Il y aurait lieu de s’assurer que l’ensemble des nouvelles infirmières reçoivent une formation de premier cycle universitaire (baccalauréat/bachelor/licence) afin de répondre aux exigences des besoins de santé et de soins des populations ainsi qu’aux besoins de recrutement pour la pratique infirmière avancée.

Enfin, toujours d’après le rapport, la discipline infirmière s’ancre dans la francophonie au fil de la préparation universitaire d’un plus grand nombre d’infirmières. Elle s’observe par la recherche infirmière diffusée dans des revues scientifiques autant en français qu’en anglais et par la structuration en vue de l’ouverture de nouveaux programmes de doctorat en sciences infirmières. Il importe que ce développement se réalise en interdépendance entre pays afin de maintenir des standards de qualité équivalant aux autres disciplines.

Il importe que le développement [de la discipline infirmière] se réalise en interdépendance entre pays afin de maintenir des standards de qualité équivalent aux autres disciplines.

Note

L’état de la formation infirmière dans différents pays francophones – 2018, sous la direction de Jacinthe Pepin, infirmière, Ph. D., professeure titulaire, directrice du CIFI et présidente du Conseil consultatif sur la formation infirmière du SIDIIEF, Étude réalisée pour le SIDIIEF par le Centre d’innovation en formation infirmière (CIFI) et la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal. Téléchargez le document en PDF.

Creative Commons License

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (0)