ESI

Lettre à toi qui seras bientôt un ancien moi…

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

On ne se connait pas, mais peut-être qu’un jour on se croisera. Je viens de finir ce que tu vas commencer. Bientôt, j’aurais mon diplôme pour pratiquer le métier que tu convoites tant, celui d’infirmier. Cher toi, bientôt tu seras mon ancien moi...

Cher toi...

Jeune homme étudiant

« Fais attention à toi. Tu sais comme les conditions actuelles sont difficiles. Et tu sais, parfois en service, on n’est pas tendres entre nous. »

Sache que durant trois ans, tu vas vivre une aventure hors du commun. Tu vas travailler, apprendre, essayer de comprendre. Tu essuiras des échecs aussi. Et tu te relèveras. Tu vas te remettre en question, tu vas passer des soirées, des nuits entières à bosser. Tu vas très sûrement en avoir marre assez vite. C’est normal. Dans ces moments-là, pense à la joie que tu as eue d’entrer en IFSI et au soulagement que ce sera à la fin des trois ans. Ça finit vite, tu sais. Tu vas aussi faire des rencontres parmi tes collègues de promotion. Ce sont des personnes que tu garderas à vie comme amis.

Cher toi...

Tu vas aussi vivre les stages. Tu vas découvrir la vie, la mort, le soin. Tu vas aussi apprendre à faire semblant que tout va bien parfois et tu vas vite comprendre que tout le monde n’est pas fait pour la pédagogie. Peut-être même que tu vas te faire humilier, et vivre des choses difficiles. Ne les accepte pas, jamais. Tu es là pour apprendre, pas pour en prendre plein la gueule. La peur doit changer de camp, ce sont les mauvais pédagogues qui doivent se remettre en question, et non l’inverse. Si un jour ça t’arrive, pense à moi et à ce que je viens de te dire.

Cher toi...

Tu vas surement très vite comprendre que le métier d’infirmier a ses limites, et que l’on ne peut aller plus loin que ce que souhaite le patient, et à plus forte raison ce qu’autorise le destin. Des morts tristes, cons, injustes tu en verras. C’est comme ça.

Inversement, tu verras des gens qui sont là pour rien, ou pour d’étranges motifs. Peut-être croiseras-tu le patient qui a trébuché tout nu sur le tapis, et qui est tombé fesses premières sur la bouteille de vin. Tu penseras à moi. La vie est injuste, et parfois très étrange.

Tu verras aussi des gens qui n’ont pas les mêmes valeurs que toi, qui n’ont pas la même sexualité, la même façon de vivre. Soigne-les commes les autres. Ne juge jamais un patient parce qu'il a un système de valeurs différent du tien. Si tu n’y arrives pas, fait le chemin nécessaire pour y arriver. C’est à toi de le faire, pas à lui de changer sa vie pour toi.

Mais tu y arriveras, j’en suis certain.

D’ailleurs toi, fais-tu ce métier toi aussi parce que tu aimes les gens ? Tu dois les respecter, les soigner, prendre soin d’eux, les comprendre, être indulgent et surtout patient avec eux… Mais c’est toi la personne que tu dois aimer en premier lieu et avant toute chose. Ne l’oublie pas. Peut-être un jour, je serai en face de toi, et je te le rappellerai.

Fais attention à toi. Tu sais comme les conditions actuelles sont difficiles. Et tu sais, parfois en service, on n’est pas tendres entre nous. Parfois, il n’y a pas d’entraide entre les équipes. On en devient comme une eau qui croupit au goût amer.

Aussi, souviens toi, la maltraitance n’est pas loin. Si tu en vois, tu dois en parler. C’est toi qui a raison d’être choqué(e), ne l’oublie jamais. Tu verras, la maltraitance n’est pas forcément spectaculaire, parfois elle endosse simplement les vêtements froissés du quotidien. Méfie-t’en car, un jour, si tu te laisses prendre, elle passera une main sur ton épaule et te fera faire les gestes que tu condamnais quelques années plus tôt.

Cher toi...

Ne doute pas qu’un jour on se verra. Je suis déjà fier de toi. Tu as choisi un art noble, difficile, qui n’est pas au meilleur de sa forme. Sache que l’on aura besoin de personnes comme toi dans le futur pour pousser les murs de la profession.

Cher toi...

Bienvenue dans la famille. Signé moi, qui fus un ancien toi.

Creative Commons License

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (6)

william1981

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#6

Félicitations !!!!!!

Superbe témoignage émouvant et tellement vrai. Tu as un talent évident pour exprimer avec justesse et sensibilité notre quotidien de soignant. Et avant ça, celui d'étudiant.

Bravo à Toi.

ps : je vous invite à visiter mon blog : http://wiwi-infirmier.simplesite.com dans lequel j'aborde mon expérience d'ancien étudiant en soins infirmiers. Assurément que ça vous parlera...............

LiM47

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#5

Merci

Merci pour cette lettre, Toi. J'en suis à la moitié de mon premier stage, et, vraiment ça n'est pas facile. Ta lettre me donne le courage de continuer, parfois on en bave, mais parfois c'est beau aussi. Merci beaucoup.

Squirell

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#4

ESI/FORMATRICE

Salut, je suis "jeune formatrice " mais vieille infirmière et je suis, entre autre sur la 4.2, donc merci pour ta lettre qui va me permettre d'alimenter autant là relation au patient, nous ne sommes, effectivement pas des redresseurs de torts, ni de morale et les cours de 3ieme année sur la souffrance des soignants, la soumission au groupe et à l'autorité, avec au bout du compte la maltraitance du patient. Pour finir, je suis dans 1 équipe plutôt emphatique avec les étudiants, trop même, j'ai parfois l'impression d'être au collège, moi je gueule uniquement quand il pense que le docteur va tout régler sans ce rendre compte de nos responsabilités ! Mais welcome dans ce super job, éclates toi mais dans quelques années commences à penser à 1 plan B, sous peine de devenir ces IDES aigris que t'as sûrement croisés en stage ! Cadre c'est pas 1 bon plan et formateur non plus, elles sont encore plus aigries et surtout "hors sol" ce qui les rends encore plus aigries
moi je pars bientôt dans l'humanitaire, mais j'ai beaucoup aimé faire cours et la relation avec les étudiants, mais ya l'reste... Tchousss

#3

Petite sagesse

Merci à toi.
J'imagine qu'en t'adressant à nous, tu t'adresses aussi à ton ancien toi. Et que tu pourrais très bien aussi t'adresser à ton futur toi: ces lignes sont une preuve de la rigueur et de la conscience professionnelle que tu souhaites avoir et garder. À relire, de temps en temps, peu importe combien d'années de DE on a derriere soi.
Merci encore !

Lysha

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Cher toi, un grand merci !

Un grand merci pour ce rappel qui sera pour moi nécessaire !!
Je commence l'aventure en septembre et je penserai bien à toi...
Merci

elisaelisa

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Merci futur TOI

Bonjour Toi, merci de ta réflexion, poursuit cette prose avant d'être en poste, j'attends la suite, Élisabeth IDE retraitée.