ESI

« On ne devient pas infirmier par hasard » : question de choix ou d'orientation ?

par .

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

Entamer des études en soins infirmiers n’est pas juste le début d’une formation. Au cours de ces trois années, il y aura des doutes, des joies, des larmes, des dépassements de soi… Mais, quelle que soit la situation rencontrée, il est primordial de ne jamais oublier qu’ « on ne devient pas infirmier(e) par hasard ».

infirmière visage

Près d'un tiers des infirmiers diplômés en 2014 s'est formé dans le cadre d'une reconversion professionnelle.

On ne devient pas infirmier par hasard, lance Corinne Lefebvre à ses étudiants. Au fond de vous, vous avez tous une raison d’être assis dans cette salle. Et pour certains, une chose s’est brisée à un moment ou un autre. Une chose que vous souhaitez réparer, panser ou changer...  Forte de ses nombreuses années dans l’enseignement, la cadre formatrice a vu juste. En face d’elle est assise Fabienne. Victime d’un grave accident de la voie publique il y a quelques années,  elle est restée hospitalisée durant plus de 12 mois. Consciente des préoccupations qui affectent les patients, cette ancienne secrétaire de 44 ans s’est promis de passer « de l’autre côté » en devenant infirmière et en soignant à son tour les victimes de la route. A côté d’elle, Manuel. Le jeune homme de 23 ans a vu son meilleur ami mourir d’une leucémie. Il est parti trop tôt, trop vite, sans pouvoir prononcer ses derniers mots ... Quelle injustice ! Sa colère le motive à exercer un jour en oncologie afin de faire reculer la maladie. Et puis, il y a Marine, François et Nadia qui veulent se sentir tout simplement utiles, tout comme Sanae, infirmière depuis 7 ans. Au fond de moi, j’ai choisi ce métier parce que c’est une profession vitale, primordiale. Bien sûr, les gens ne s’en rendent compte qu’une fois qu’ils tombent malades. Mais, je veux apporter aux autres, les accompagner, leur redonner le sourire et l’espoir. Et puis parfois, mine de rien, les infirmiers sauvent aussi des vies...  Alors effectivement, en règle générale, on ne choisit pas cette profession par hasard…

Au fond de moi, j’ai choisi ce métier parce que c’est une profession vitale, primordiale.

Une question de choix ou d'orientation ?Selon le document de travail « La formation aux professions de santé en 2014 » de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), près d'un tiers des infirmiers ayant obtenu leur diplôme en 2014 exerçaient un autre métier avant. Mauvais choix de carrière ou envie de changement ? Pour Arlette Janssens, psychologue du travail, il y a deux étapes importantes dans le choix d'un parcours professionnel. La première a...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (5)

BRONCO

Avatar de l'utilisateur

35 commentaires

#5

STEREOTYPES

Bonne nouvelle , bientôt "NINA"saison 2 sur vos écrans TV. De nouvelles théories en perspective ...

FRED60

Avatar de l'utilisateur

35 commentaires

#4

Marrant!!

Moi je suis venu passer le concours et d'un seul coup Dieu m'a dit "tu es l'élu"!Depuis je donne ma vie pour les autres!
Bon allez je prends mes gouttes!

JEDYTE

Avatar de l'utilisateur

22 commentaires

#3

Névroses et tendances SM

Donc tous les étudiants en soins infirmiers font cette formation pour "se réparer" ? On serait tous un peu névrosés, quoi...

J'ai aussi entendu dire une formatrice, en s'adressant à notre promo, que si nous voulons devenir infirmiers c'est parce que quelque part on aime de manière inconsciente faire souffrir les patients, puisque dans nos actes, nombreux sont ceux qui induisent de la douleur lors de leur réalisation.

- Théories qui peuvent donc en effet se valoir lorsqu'on voit comment certains IDE traitent les ESI, voire les patients.

Mais ce qu'à oublié de dire l'article, c'est qu'au delà des belles théories du genre "je fais ça pour aider les gens, j'aime me rendre utile, j'aime sauver des vies, je suis quelqu'un de sympa, je fais ce métier parce que j'aimerais avoir de la reconnaissance au quotidien car j'aime flatter mon égo vous savez :-) "
il y a un bon nombre d'étudiants qui s'engouffrent dans cette voie parce qu'on a dit -et dit encore- que dans cette profession on ne connaît pas le chômage, que nous trouverons toujours du boulot...

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#2

hi hi hi !

N'importe quoi la vocation... le traumatisme à réparer et le reste.

binoute1

Avatar de l'utilisateur

597 commentaires

#1

« On ne devient pas infirmier par hasard » : question de choix ou d'orientation ?

j'ai vu de la lumière, j'suis entrée